Le jour où Michael Jordan a porté les couleurs du Tours BC à Paris

Le jour où Michael Jordan a porté les couleurs du Tours BC à Paris

Le 1er septembre, Michael Jordan, quelques mois avant son premier titre NBA, a porté les couleurs du Tours BC pour un match d’exhibition contre les Allemands du Steiner Bayreuth. Jordan participait à une tournée promotionnelle Nike avec au programme un match exhibition. Cela pourrait ressembler à une blague mais l’équipe de Tours, qui venait d’être reléguée de N1A à N1B, loin de son niveau de championne de France de 1976, a été choisie parce qu’elle était sponsorisée par la marque à la virgule comme le rapporte Benjamin Henry de La Nouvelle République. Le match s’est déroulé au gymnase Géo-André dans le 16ème arrondissement de Paris, un peu trop petit…

 « J’avais dit aux dirigeants de Nike qu’ils avaient vu trop petit avec cette salle de 1.500 places. Eux partaient du principe qu’il n’y avait eu que quelques centaines de personnes lors de la première venue de Jordan à Boulogne-Billancourt en 1985. Je leur avais dit qu’ils auraient pu faire Bercy. Même s’il n’était pas encore champion NBA, il était déjà en train de devenir une icône. » George Eddy

Partez à New York pour assister à plusieurs matchs NBA

Autour de la salle, trop petite, près de 10 000 personnes attendent !

« Avant le match, j’ai dû monter sur un car pour annoncer à 8.000 personnes de rentrer chez eux, je me suis fait huer copieusement. C’était tellement plein comme un œuf qu’il y avait des gens assis par terre jusqu’aux lignes de touche. Il faisait très chaud, c’était irrespirable. Quand Jordan voit la situation, il dit : ‘Non, on annule tout, c’est dangereux’.  On a finalement réussi à le convaincre de tenter le coup. » George Eddy

© Photo archives NR, Pierre Jeannin

Finalement, Jordan claque 37 points puis s’éclipse avant la fin du match pour éviter l’émeute.

« Je suis un des seuls entraîneurs d’Europe à l’avoir coaché, j’en suis fier. Plus sérieusement, je n’ai pas coaché Jordan, je n’ai pas cette prétention-là. Il était dans l’équipe et voilà. Il a joué, il s’est fait plaisir, il a fait plaisir aux joueurs. Il a été très collectif, il s’est mis au service de l’équipe. » Michel Bergeron, coach du Tours BC en 1990

Tours a de son côté perdu d’un petit point, 81-80.

Retrouvez l’article en intégralité sur La Nouvelle République.

Leave a Reply