Et si les Blazers se mettaient à faire des passes décisives ?

Et si les Blazers se mettaient à faire des passes décisives ?

Troisièmes de la conférence Ouest au terme de la saison 2017-18, les Blazers se classaient bons derniers (30èmes) au nombre de passes décisives délivrées par match. Même avec les 6.6 caviars de Damian Lillard par match, l’équipe ne tournait ainsi qu’à 19.5 passes de moyenne. Seule équipe de NBA à ne pas atteindre la barre des 20. Les Warriors, 1ers du classement et doubles champions en titre, en faisaient eux près de 10 de plus par match, avec une moyenne de 29.3.

« C’était difficile de décrire pourquoi c’est arrivé. C’était à la fois dû à un mauvais pourcentage aux tirs que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. » Terry Stotts

En 2017-18, la moyenne de passes par match au sein de la ligue était de 23.2, le plus haut taux depuis 1994-95 (à l’époque, une équipe prenait en moyenne 15.3 tirs à 3-points par match, contre 29 aujourd’hui). Au rayon des facteurs aggravant, la présence dans l’équipe de deux scoreurs en isolation, C.J. McCollum et Evan Turner, et d’un big man (Jusuf Nurkic) capable de scorer en bas sans l’aide d’une assist.

« On va essayer de créer plus de mouvement, d’obtenir de meilleurs shoots, ce qui va améliorer notre pourcentage et donc nos passes. » Terry Stotts

Cet été, l’équipe a aussi signé les shooteurs Seth Curry et Nik Stauskas. Et draftés les arrières Gary Trent Jr. et Anfernee Simmons.

« Ces 4 gars apportent cette dimension. C’est bon pour le spacing et le mouvement. » Terry Stotts

via Forbes

Leave a Reply