Gordon Hayward : « Je ne suis pas encore à l’aise sur le terrain »

Gordon Hayward : « Je ne suis pas encore à l’aise sur le terrain »

Chaque personne qui suit ne serait-ce un tout petit peu la NBA est au courant de ce qui est arrivé à Gordon Hayward l’année dernière. Alors que l’ailier jouait son premier match de saison régulière sous le maillot des Celtics, il est mal retombé et s’est gravement blessé à la cheville. Le natif de l’Indiana n’a pas pu rejouer de la saison et a subi deux opérations. De retour au début de la pré-saison, Hayward n’est pour l’instant clairement pas convaincant, shootant à 5/20 aux tirs et faisant huit fautes en 59 minutes de jeu. Plutôt logique.

« Physiquement parlant, je me sens bien mais je ne suis pas encore à l’aise sur le terrain. C’est une chose d’être capable de tout faire, c’est autre chose d’être un joueur de basket, d’avoir le timing, le rythme. Quand on joue depuis longtemps, ce genre de truc on le sait. Mais après avoir pris une énorme pause et être revenu dans un nouveau système, c’est autre chose. La deuxième opération a été un gros retour en arrière. J’étais impatient de jouer en cinq contre cinq tout l’été. Ce que je suis en train de traverser en ce moment, ça devait se passer cet été. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. » Gordon Hayward.

Cette deuxième opération imprévue lui a mis un coup au moral.

« Je me sentais misérable d’être obligé de remettre ma botte de protection après tous les progrès que j’avais fait. C’est le moment où je me suis senti le plus mal. » Gordon Hayward.

Le joueur de 28 ans a déjà expliqué récemment avoir eu envie de voir ses coéquipiers perdre. Il a précisé sa pensée.

« Quand ce genre de trucs vous arrive après avoir changé d’équipe c’est horrible. Ce n’est pas censé se passer comme ça. C’est juste être un compétiteur, vous voulez sentir que vous manquez à l’équipe. Et c’est le cas, mais quand vous voyez vos coéquipiers enchaîner 16 victoires d’affilée, les pensées négatives reviennent. C’était dur de rester assis et de regarder. » Gordon Hayward.

L’ancien du Jazz est de retour dans un groupe complètement changé. Kyrie Irving est toujours aussi important en attaque mais Terry Rozier, Jayson Tatum et Jaylen Brown ont montré qu’ils pouvaient tous être des options offensives redoutables et tourner à une quinzaine de points par match. Problème, il n’y a qu’un ballon sur le terrain et le nombre de tirs est limité. Comment réintégrer un joueur de la trempe d’Hayward (21,9 points de moyenne lors de sa dernière saison au Jazz) sans froisser les ego ? Leur coach Brad Stevens ne se fait pas de soucis pour ça.

« Tout le monde aura des matchs où ils scoreront beaucoup plus que dans les autres. Je ne suis inquiet pour personne sur ce point. Chacun aura ses chances de briller. » Brad Stevens.

La bonne nouvelle, c’est que Rozier et Tatum ont déjà expliqué que ça ne les dérangerait pas de sortir du banc.

Via ESPN.

Leave a Reply