Sacrifice, le mot d’ordre pour les Lakers

Sacrifice, le mot d’ordre pour les Lakers

Cette saison les Los Angeles Lakers auront un effectif avec bien plus de profondeur que la saison passée et bien plus talentueux. Alors que la saison passée Luke Walton avait dû adapter le jeu de son cinq majeur et de la second unit pour coller au mieux aux qualités des joueurs qui composaient les deux lineups, cette fois l’objectif est d’avoir une cohérence et une continuité peu importe les joueurs sur le terrain

Retrouvez ici notre interview d’Elie Okobo sur ses premiers pas en NBA

« Nous voulons quelque chose de plus fluide cette année. L’an passé nous étions plus construits comme ça, et nous avions des forces et des faiblesses avec chaque groupe et nous essayions de tirer ça à notre avantage. Cette année nous recherchons une rotation plus fluide, où ils mettent en place les mêmes systèmes et peu importe qui joue avec qui. Nous allons pouvoir jouer le même style de jeu. » Walton

Cela rejoint également la volonté de jouer un basket sans position, avec des joueurs possédant de la taille, polyvalent et intelligents. Luke Walton met aussi l’accent sur le sacrifice de ses joueurs. Il veut les voir sortir de leur zone de confort pour le bien de l’équipe.L’an passé il n’avait par exemple pas hésité à faire jouer Brandon Ingram au poste de meneur de jeu. Si cela peut être à double tranchant, Luke Walton est confiant.

« C’est lié à la construction d’une culture forte. Nous les soutenons quoi qu’il arrive, et s’ils sont sur le terrain à essayer de faire de leur mieux, nous ne pouvons pas demander mieux. Je n’ai aucun problème avec le fait de demander aux gars de jouer ainsi parce que un de nos thèmes cette année c’est le sacrifice. Sacrifiez ce que vous avez l’habitude de faire pour ce qui est le mieux pour l’équipe. Quand les gars le font, c’est puissant et ça rend l’équipe encore meilleure et plus forte. J’apprécie ces moments. » Walton

Le modèle à ce sujet ce sont les Golden State Warriors, qui ont réussi à intégrer à merveille un joueur comme Kevin Durant dans un collectif bien en place. Mais pour que les sacrifices soient facilement acceptés il va falloir des résultats au bout. Il faudra aussi savoir bloquer les éventuelles critiques extérieures.

« Si un joueur fait une erreur alors qu’il joue au poste 4 et qu’il n’est pas habitué à jouer à ce poste, c’est la faute du coach. Mais nous parlons aussi du fait de ne pas écouter ce qui se dit à l’extérieur. Les joueurs n’auront jamais connu autant de bruit que lors de cette saison. Et cela fait partie de notre mission de ne pas les laisser être affectés par ces bruits extérieurs. Il faut bosser sur ce que le groupe a besoin. Nous nous préoccupons de nous et c’est tout. »

Plus facile à dire qu’à faire…

Via The Athletic

Leave a Reply