Zoom sur Kyrie Irving, ce magicien du ballon

Zoom sur Kyrie Irving, ce magicien du ballon

Ses enchaînements de dribbles compliquent non seulement la tâche de ses adversaires mais aussi celle de ceux qui les commentent, Kyrie Irving est un maître dans l’art du ball handling. Il suffit pour s’en rendre compte de regrouper quelques-uns de ses highlights lors de sa première (d’une longue série ?) saison avec Boston. Fin octobre 2017, Malcolm Brogdon pensait par exemple avoir bien tenu le coup en défense avant de subir ce spin move assassin :

Non loin de là, le commentateur radio des Celtics Sean Grande cherchait des mots à mettre sur ce qu’il venait de voir.

« La seule chose à laquelle je peux le comparer c’est le tour de passe-passe avec les gobelets qu’ils passent sur l’écran géant. Au début ça va très lentement, puis ça accélère très vite et ensuite vous devez prendre une décision. » Sean Grande

Pour être un bon dribbleur, il faut déjà de bonnes mains.

« Il a beaucoup de force dans les mains. Quand il vous serre la main, vous le sentez. » Brad Stevens

Contre les Lakers en novembre, Irving a failli perdre le contrôle du ballon face à Brandon Ingram en transition avant de déboussoler Lonzo Ball et surtout Brook Lopez pour se frayer un chemin facile vers le panier au TD Garden.

« Je ne me souviens pas de ce qui se passait. Il a passé tout le monde et mis le bazar dans toute notre défense. » Brandon Ingram

En 2017-18, Irving shootait à 55.3% après avoir fait au moins 10 dribbles, le meilleur pourcentage parmi 31 joueurs NBA comptant au moins 100 shoots de ce type (stats via Second Spectrum).

« Il ne travaille pas les mêmes choses que les autres gars à l’entraînement. Quand il bosse ses layups, il y ajoute un degré de difficulté, dans un but bien précis. Certains gars le font et ratent chaque tir. Kyrie fait ça parce qu’il sait qu’il reprendra ce genre de tirs en match. » Brad Stevens

Retrouvez ici notre interview d’Elie Okobo sur ses premiers pas en NBA

Des qualités de dribbleur associées à des qualités de passeur qui en font une des plus grandes menaces NBA.

« Quand il vous fait une passe après une action digne du top 10, vous vous dites ok, j’ai intérêt à rentrer mon shoot après tout le boulot qu’il vient de faire. Ça vous met la pression. » Al Horford

Tout particulièrement lorsque Al Horford vient lui poser un écran. Irving marque en effet 1.17 points par pick posé sur des actions où il termine la possession, soit un total environ 20% supérieur à la moyenne de la ligue en 2017-18.

« C’est une chose de faire ça sans défense, sans pression. C’en est une autre de le faire au milieu d’un match, en devant prendre des décisions. Et ça paraît facile avec lui, c’est ce qui m’impressionne le plus chez lui. » Al Horford

Darren Collison lui, a appris à ses dépens que le footwork d’Irving faisait aussi très mal.

Passé le milieu de terrain, il n’a eu besoin que de 3 dribbles pour parcourir plus de 11 mètres de terrain et rejoindre le panier.

« Ses pieds. Ses pieds sont toujours en mouvement. Il a un bon handle bien sûr. Mais ses pieds, il peut changer de rythme en un claquement de doigts. Je pense que c’est ça qui lui permet d’être aussi fort. » Jaylen Brown

« Kyrie est tellement bas sur ses appuis. Oui, il a une super capacité à changer de vitesse, mais il est tellement bas sur ses appuis, pour moi c’est ça le plus impressionnant. Ça et sa façon de rendre le fait de planter des layups sur les gens facile sans être l’arrière le plus athlétique de la planète. Il sait vraiment bien positionner son corps en trouvant les petits spots pour poser le ballon sur le plexi.» Gordon Hayward

via ESPN

Leave a Reply