Boris Diaw sur la pression que mettraient les franchises NBA aux joueurs internationaux : « c’est souvent du vent »

Boris Diaw sur la pression que mettraient les franchises NBA aux joueurs internationaux : « c’est souvent du vent »

La première raison invoquée par les joueurs NBA lorsqu’ils sont forfaits en équipe nationale, c’est de dire que leur club ne voulait pas qu’ils y aillent. Pourtant certains n’ont quasiment jamais raté de compétition, peu importe l’équipe dans laquelle ils jouent et leur statut. Dans l’excellent entretien de Boris Diaw avec David Loriot dans le dernier magazine L’Equipe, le Capitaine explique que ces excuses ce sont des conneries.

«Jamais je n’ai imaginé ne pas jouer en équipe de France. Quand on dit que ‘le club donne le droit ou pas d’aller en équipe de France’, bah, oui et non ! O.K., les clubs peuvent te mettre la pression pour ne pas que tu y ailles, mais c’est ton choix de céder à la pression ou pas. Des pressions plus ou moins grandes, plus ou moins financières. À mon avis, c’est souvent du vent. Que les clubs te disent : ‘On ne va pas te signer de nouveau parce que tu joues en équipe de France’, non ! Tu es bon, ils te signent, que tu joues l’été ou pas. Moi, j’ai toujours été clair, dès mon premier club NBA : j’ai deux saisons. L’année, la NBA, et l’été, l’équipe de France. Il n’y a pas de  »l’un ou l’autre » ni d »’une année sur deux ». Boris Diaw

A bon entendeur.

Le premier numéro du 6e homme :

Leave a Reply