Gregg Popovich zen et patient

Gregg Popovich zen et patient

Corrigés face aux Pacers dans un match où ces derniers avaient pris feu au shoot, profitant d’une défense trop laxiste, les Spurs se devaient de réagir face aux Lakers. Mais pendant un peu plus d’une mi-temps, ils ont aussi encaissé une avalanche de shoots. Les Californiens ont shooté à 70% en premier quart pour un total de 60 points à la pause et 11 points d’avance dans le 3ème acte.

« Ils ont fait une démonstration au shoot. Donc il fallait se réveiller en défense, s’accrocher, et espérer qu’ils ne shootent pas comme ça tout le match. » Patty Mills

Gregg Popovich l’a joué zen à la pause, patient avec cette équipe nouvelle, conscient que c’est un processus

« Il ne nous a pas criés dessus. Il n’a crié sur personne. Il a agit comme il le fait d’habitude. Il a dit en gros ‘Voilà où nous en sommes, c’est là que nous devons aller. Allez-y. » Dante Cunningham

Les Spurs se sont accrochés et ont fini par inverser le momentum, notamment sur un shoot à 3-pts de Bryn Forbes, qui a lancé la révolte.

« Il faut s’accrocher. Vous savez que les équipes vont mettre des shoots, vont faire des runs. La clé c’est comment vous résistez, comment vous pouvez balancer le prochain coup de poing, et avoir conscience quand vous devez faire un stop, quand vous avez besoin d’un panier, et continuer de construire. » DeMar DeRozan

Ils ont fini par prendre les commandes du match, en exécutant en attaque et en dominant à l’intérieur, aidés aussi par une baisse d’adresse des Lakers, conséquence d’une bien meilleure défense. Ils ont montré un niveau défensif bien meilleur sur les 24 dernières minutes, limitant les Lakers à 46 points.

« C’était un bon quart temps (le 3ème). Défensivement nous avons élevé le niveau et nous avons repris le terrain que nous avons perdu en première mi-temps. Nous avons récupéré le momentum. » Pau Gasol

C’est le genre de chose à laquelle nous étions habitués et c’est vraiment la première fois cette saison que nous arrivons à faire ça. Si cela peut devenir une habitude, alors vous vous retrouvez en position de gagner beaucoup de matchs. Nous n’y sommes pas encore, nous n’allons pas être régulier dès maintenant, mais nous l’avons fait ce soir et c’était super. » Pop

Ils ont fini par faire la différence dans le money time grâce à DeMar DeRozan, LaMarcus Aldridge et Rudy Gay. Une victoire référence pour une équipe « qui a beaucoup de pain sur la planche » comme le confiait Pop lors du précédent match.

« Ca va être un processus mais ils sont sur la bonne voie, ils essaient d’apprendre à jouer l’un avec l’autre. » Pop

« Nous y sommes presque. » Patty Millls

DeRozan a eu de sages paroles à la fin de la rencontre, lui qui est passé à deux passes d’un triple-double. Il ne faut pas vouloir brûler les étapes et surtout ne pas se frustrer par les difficultés de ce début de saison, logiques puisque l’équipe est nouvelle et en construction

« Il faut apprécier ça parce que ce sont les premières étapes. Tant que nous avons conscience que nous allons continuer de nous améliorer, que nous allons continuer de construire. Cela vous donne beaucoup de confiance pour le match suivant parce que nous savons à quel point nous devons être bien meilleurs et à quel point nous allons être bien meilleurs. » DeRozan

Via The Athletic

Leave a Reply