Rudy Gobert : « Les équipes se disent que nous ne sommes pas le Jazz d’Utah de l’an passé »

Rudy Gobert : « Les équipes se disent que nous ne sommes pas le Jazz d’Utah de l’an passé »

Le Jazz d’Utah jouait cette nuit face aux Raptors son 4ème match de la saison à domicile et fait assez incroyable alors que l’équipe est historiquement solide à la maison, elle d’est inclinée pour la 4ème fois. C’est aussi le 4ème revers de rang de l’équipe et sur les 6 de la saison, dans 4 le match était plié avant les 12 dernières minutes.

« Les équipes viennent dans notre salle en se disant que nous ne sommes pas le Jazz d’Utah de l’an passé. Ils sont très agressifs pour nous attaquer. » Rudy Gobert

Le plus inquiétant c’est la manière puisque les Raptors ont été en balade avec un succès 124-111 dans une rencontre où ils ont compté pas moins de 26 points d’avance, à coups de runs, dont un 15-3 à cheval entre les deux mi-temps, qui a plié le match. L’absence de Donovan Mitchell n’explique pas ces soucis.

« Les petites choses qui nous rendaient bons l’an passé, nous ne les avons pas vraiment faites jusque là. On dirait que les runs des équipes adverses ce sont désormais des 20-0 et non des 8-0 comme l’an passé, nous n’arrivons pas à les stopper et à nous ressaisir. Tout s’écroule et il faut régler ça rapidement. » Joe Ingles

Le Jazz a pris 65 points en première mi-temps et la défense est méconnaissable. Depuis le début de saison, en 10 rencontres ils n’ont tenu leur adversaire que deux fois en-dessous des 100 points. Ils ont encaissé au moins 110 points lors de 4 des 5 derniers matchs. Les équipes font à peu près ce qu’elles veulent face à la défense du Jazz. Cette nuit les Raptors s’en sont donnés à coeur joie, avec Kyle Lowry et Fred Van Vleet qui sont rentrés dans la raquette comme ils ont voulu, soit pour aller marquer, soit pour trouver des joueurs ouverts, notamment à 3-points. Sans Leonard, les Canadiens ont récité leur basket.

Je ne pense pas qu’il y ait un manque d’efforts défensivement, je pense que c’est un manque de concentration, mais on peut dire dans l’ensemble que notre effort doit être meilleur. A certains égards, si notre concentration est sur l’attaque, nous n’allons pas avoir la solution et la communication nécessaire. Nous avons des absences et c’est en partie une question d’effort. Je pense que notre équipe est préoccupée, mais pas par les bonnes choses. Ce manque de concentration sur les choses importantes, ce n’est pas ça notre indenté. Quin Snyder

Dans le vestiaire la frustration gagne et plusieurs joueurs ont refusé de parler aux médias.

« C’est pour ça que la NBA est difficile, il ne faut pas apprécier trop les victoires et ne pas non plus être trop abattu après une défaite. Je pense que nous avons un bon groupe de gars qui comprennent ça, mais dans le même temps c’est un groupe qui a du mal à encaisser les défaites et nous sommes tous blessés. Quand ce genre de choses arrivent, la meilleur chose à faire c’est de nous regarder dans le miroir, revenir le lendemain avec une bonne mentalité et essayer de relever l’équipe. » Gobert

Il ne faut pas laisser la frustration gagner et perdre trop de terrain dans une conférence Ouest si relevée

« Vous ne voulez pas vous retrouver dans la situation dans laquelle nous étions l’an passé avec 10 ou 11 matchs sous les 50% de victoires et devoir totalement inverser la tendance. Nous voulons le faire maintenant et évidemment c’est frustrant parce que nous n’avons pas gagné à la maison et nous n’avons pas joué au niveau auquel nous pensons pouvoir. C’est frustrant mais ça ne prendra pas le dessus sur nous. Nous avons un trop bon groupe. Les gars dans le vestiaire ont juste un trop gros caractère. » Joe Ingles

Via The Athletic et Deseret News

 

Leave a Reply