Les 10 meilleurs meneurs NBA du moment

Les 10 meilleurs meneurs NBA du moment

Après quelques semaines de compétition, il y a un nombre suffisant de matchs joués pour retrouver les rankings temporels que vous propose Basket Infos chaque saison.

Les critères pris en compte sont :

  1. Les 10 derniers matchs.
  2. Avoir joué au moins 70% des matchs concernés.
  3. Les résultats collectifs sur la période.
  4. Pas de Hype.
  5. L’importance et l’implication du joueur dans le système de son équipe.
  6. Les stats individuelles sur la période.
  7. Ma subjectivité, car il faut faire des choix et les assumer.

 

Les autres Rankings sont ici

 

10-D’Angelo Russell – Brooklyn Nets (5-5)
16.1 pts à 41.5%, 3.9 rbds, 5.1 passes & 0.8 int en 27.6 mins
Spencer Dinwiddie – Brooklyn Nets (5-5)
13.2 pts à 47%, 2.2 rbds, 3.7 passes & 0.4 int en 26.8 mins

Deux meneurs pour le prix d’un pour commencer ce ranking avec le duo des Nets. Sans véritable star dans son roster, Kenny Atkinson s’en remet à ses postes 1. Russell titulaire, c’est souvent Dinwiddie qui sait se montrer décisif quand son équipe en a besoin, les Pistons en ont fait les frais en début de mois.

9- Mike Conley – Memphis Grizzlies (6-4)
16.7 pts à 35.8%, 3.2 rbds, 6 passes  & 1.2 int en 31.5 mins

Pour notre plus grand plaisir, les Grizzlies sont de retour aux affaires, et le plus grand changement depuis l’an passé est le retour de Mike Conley aux affaires. Si le quatrième choix de la draft 2007 manque encore de régularité dans le shoot (avec quelques piques que le Jazz se rappelle encore), ses qualités de leader font le plus grand bien à la franchise du Tennessee et à Marc Gasol.

8- De’Aaron Fox – Sacramento Kings (6-4)
18.5 pts à 50%, 4.4 rbds, 7.3 passes & 1int en 31.8 mins

Les Kings surprennent la Conférence Ouest en ce début de saison, et une des raisons est l’explosion de De’Aaron Fox. Le meneur de Sacramento marque l’histoire de la NBA, sait être clutch et a conscience que son volume physique peut faire la différence dans la grande ligue. La saison est encore longue pour la jeune équipe de la capitale californienne, mais j’espère qu’on va revoir le spectaculaire ex-pensionnaire de Kentucky dans nos rankings.

7- Kemba Walker – Charlotte Hornets (6-4)
26.8 pts à 46.4%, 4.4 rbds, 6.1 passes & 0.8 int en 33 mins

Depuis la reprise, le Hornet montre ses qualités de shooteur avec 4.2 panier à trois points par match depuis le début de saison (deuxième de la ligue derrière Stephen Curry). La plus grande différence avec la saison passée est de voir le retour de la franchise de Michael Jordan dans la liste des playoffables. Walker dit que Tony Paker lui permet de voir le jeu d’une autre manière, serait-ce la clé du succès de Charlotte ? Dans tous les cas, il est bon de voir enfin le MIP NCAA 2011 jouer avec un back-up vétéran.

6- Kyrie Irving – Boston Celtics (6-4)
22.4 pts à 50.6%, 5.1 rbds, 5.2 passes, 1.3 int & 0.8 ct en 32.9 mins

Après un retour à la compétition compliqué, Kyrie Irving est de retour au top de sa forme. Sur les cinq derniers matchs, l’ancien numéro un de la draft (2011) est encore plus fort et tourne à 29.4 pts à 55.9 % (dont 53.3% à 3 pts et 95% aux LFs). « Ca va aller pour nous, je vais m’en assurer », de vraies paroles de leader hier soir, pour le plus grand plaisir des fans des C’s… et peut être moins pour Terry Rozier.

5- Jamal Murray – Denver Nuggets (8-2)
19.7 pts à 46%, 4.4 rbds, 3.8 passes & 1 int en 33.2 mins

Le nouveau « meilleur ami » de Kyrie Irving est devant lui dans ce ranking. Non que les qualités de basketteur du Canadien sont meilleures, cependant, le bilan actuel des Nuggets parlent en la faveur du septième pick de la draft 2016. Shooting guard de formation, il n’a jamais excellé dans la création pour ses coéquipiers. Néanmoins, quand on  joue dans l’équipe du meilleur pivot passeur de la ligue, cela ne doit pas l’empêcher de dormir. Toujours irrégulier dans la qualité de ses choix offensifs, on ne peut tout de même pas oublier les 48 points qu’il a claqué à la défense des Celtics il y a quelques jours.

4- Russell Westbrook – Oklahoma City Thunder (7-3)
24.1 pts à 48.9%, 8.3 rbds, 8.9 passes & 2.1 ints en 31.4 mins

Après avoir perdu les quatre premiers matchs de leur saison, le Thunder n’arrête plus de gagner avec sept victoires consécutives (meilleure série de la ligue). En retard en début de saison, Russell Westbrook n’a perdu qu’un seul match, et son niveau de jeu est de ce qu’il propose de mieux : stats+victoires. Voulant montrer la différence en défense, il est bien épaulé cette saison avec l’arrivée de Dennis Schröder  en provenance de Georgie.

3- Damian Lillard – Portland Trail Blazers (7-3)
26.2 pts à 45.8%, 5.2 rbds, 5.1 passes & 0.9 int en 34.1 mins

Toujours le patron offensif des Blazers, Damian Lillard se mue saison après saison en leader. Le trop peu connu Zach Collins sera défenseur de l’année, C.J. McCollum allait refaire parler la poudre après un début de saison délicat, et quand un fan du Magic l’énerve, il prend les choses en main avec 41 points malgré un début de match compliqué (7 points à 2/8 en première mi-temps). Si les Blazers continuent sur ce rythme, ils ne seront pas bons à prendre au printemps prochain.

2- Kyle Lowry – Toronto Raptors (9-1)
17.1 pts à 45.8%, 4.5 rbds, 12.1 passes & 1.9 int en 33.8 mins

Les changements entrepris par Masaï Ujiri cet été on fait beaucoup parler. Se séparer de son franchise player (DeMar DeRozan) et de son coach élu meilleur entraineur de la saison (Dwane Casey), n’a pas été du goût de nombreux analystes, des fans des Raptors et encore moins de Kyle Lowry. Cependant, les résultats sont là ! Toronto est l’équipe sur qui tout le monde se casse les dents en ce moment, et Lowry joue le meilleur basket de sa carrière. Moins scoreur, il n’a jamais fait autant de passes. Cette nouvelle arme à son arsenal, le vingt-quatrième choix de la draft 2006 fait peur à tous les schémas défensifs des autres franchises qui avaient pris l’habitude de le voir jouer en isolation… bien plus prévisible.

1- Stephen Curry – Golden State Warriors (8-2)
29.1 pts à 50.8%, 4.8 rbds, 5.6 passes & 0.9 int en 32.5 mins

Il y a une dizaine de jours, notre YouTuber, le 6e homme, se demandait si Stephen Curry jouait à son meilleur niveau, et je ne suis pas loin de penser comme lui. Le jeu proposé par le double MVP de la ligue semble encore plus impressionnant que par le passé. 5.2 tirs à trois points marqués par match avec un surréaliste 49.2% de réussite derrière l’arc, le triple champion NBA semble de nouveau intouchable. Légèrement dans l’ombre de Kevin Durant depuis l’arrivée de celui-ci dans la Baie d’Oakland, le septième choix de la draft 2009 semble filer tout droit vers un troisième titre de MVP de sa carrière.

1 Comment

  1. Walker 7eme ? Je vous trouve très dur, le reste est cohérant sinon

Leave a Reply