L’arme létale de Kyle Lowry, roi incontesté du passage en force en NBA

L’arme létale de Kyle Lowry, roi incontesté du passage en force en NBA

Lors de la rencontre entre Boston et Toronto le 19 octobre dernier, les Canadiens sont repartis avec la victoire (113 à 101). Si le score est assez large, il ne reflète pas la physionomie du match puisque les hommes de Brad Stevens étaient dans le coup jusqu’à très tard dans la rencontre. Mais en deux minutes, Kyle Lowry a provoqué deux passages en force et annihilé tout espoir de comeback pour Kyrie Irving et ses coéquipiers. Depuis le début de la saison 2017/2018, le meneur des Raptors est le joueur qui provoque le plus ce genre de fautes. Il l’a fait à 49 reprises. Pas mal pour un meneur dont ce n’est, à la base, pas du tout le rôle.

« Il donne l’impression de toujours provoquer ce genre d’action au bon moment, quand les adversaires ont le momentum. Il se met en travers du chemin de l’attaquant et décrocher le coup de sifflet. C’est déprimant pour l’autre équipe. » Delon Wright, le meneur remplaçant des Raptors.

[Interview] Guerschon Yabusele : « Ca a été un soulagement »

Le plus surprenant, c’est de voir une star payé 30 millions la saison faire don de son corps de cette manière. Parce qu’il faut bien le reconnaître, ce n’est pas toujours sans risque de se mettre, par exemple, sur le chemin d’un LeBron James à plein vitesse.

« Vous pouvez prendre un coup dans les parties intimes, dans le ventre… Il faut juste vouloir se prendre ces impacts, vous ne pouvez pas avoir peur des conséquences. Il faut se dire « OK, cool, je veux faire ça pour aider l’équipe à gagner des matchs. » Kyle Lowry.

À lui tout seul, Lowry a provoqué plus de passages en force adverses que 23 équipes en NBA cette saison ! Cette facette du jeu du meneur impressionne son coach Nick Nurse.

« Il a un instinct incroyable. Il voit ce genre de chose arriver bien avant tout le monde et peut se mettre en position. C’est juste être très intelligent, avoir un grand QI basket. Il est aussi plutôt bon pour savoir comment encaisser ces chocs. À chaque fois, les coups sont violents. Mais vous savez comment ça marche : certains joueurs commencent à tomber juste avant de se prendre le coup et ça diminue les risques de se blesser. Mais vraiment, il a un instinct incroyable qui m’impressionne chaque jour. » Nick Nurse.

Une habitude qu’il a commencé à prendre sous Jay Wright à Villanova. L’université avait mis en place un système de points connu comme l’Attitude Club pour récompenser différents types d’« hustle plays » tels que les plongeons, les claquettes sur rebond offensif et… les passages en force provoqués. Lorsque le meneur sert d’aide défensive, l’équipe n’encaisse que 0.86 point par drive direct, personne ne fait mieux dans la ligue. Toronto compte un joueur en position d’aide défensive sur un drive adverse 36% du temps, le 3ème meilleur pourcentage en NBA. Pour le joueur, provoquer des fautes offensives lui permet de motiver ses coéquipiers, de la même manière qu’un gros dunk ou un gros contre.

« Normalement, je ne peux pas faire de blocks ou donner de l’énergie à mes coéquipiers avec un énorme dunk. Par contre, je peux provoquer une faute offensive à un moment important du match et je pense que mes coéquipiers apprécient lorsque je me donne comme ça. C’est ma manière à moi de motiver tout le monde. » Kyle Lowry.

Lowry réussit un gros début de saison. Il marque 17,8 points en moyenne, prend 4,3 rebonds et est meilleur passeur de la NBA avec 11,3 assists par match.

Via Five Thirty Eight.

Suivez également Basket Infos sur YouTube avec la chaîne du 6e homme pour des analyses inédites. Dans la dernière vidéo : le Top 6 des futures stars françaises en NBA. Cliquez sur le logo pour vous abonner.

Leave a Reply