Joel Embiid retrouve des sensations… après la blessure de Jimmy Butler

Joel Embiid retrouve des sensations… après la blessure de Jimmy Butler

Pas très content d’avoir été mis au repos vendredi, Joel Embiid n’est pas passé loin de rater un 2ème match consécutif lundi soir lors de la réception de Detroit à Philadelphie. Non pas parce qu’il était blessé ou en froid avec son coach mais tout simplement parce qu’il a souffert d’un combo migraine/diarrhée des plus sympathiques ce weekend.

[Interview 2/3] Tony Parker : « Frank Ntilikina a besoin d’un collectif, mais il doit provoquer ! »

L’intérieur n’avait pas participé à l’entraînement dimanche. Et sur les premières minutes du 1er quart-temps, on l’imaginait déjà se lamenter une nouvelle fois de ses performances en baisse causée par difficulté à s’adapter à ce nouveau rôle dans le périmètre, avec lequel il doit composer depuis l’arrivée de Jimmy Butler. Sur 4 shoots tentés (1/4) par Embiid dans le 1er quart, 3 étaient des 3-points. Pendant ce temps Ben Simmons s’est fait plaisir dans la peinture avec 2 dunks, 2 layups et un hook shot.

« Je ne crois pas qu’ils étaient prêts pour moi. » Ben Simmons

Et puis Butler s’est blessé (à 2 minutes et 20 secondes de la fin du 1er quart). Embiid a retrouvé ses positions au poste à partir du 2ème puis a marqué 10 points dans le 3ème avec un 2/3 aux tirs et un 6/6 aux lancers-francs.

« Vous voyez comme moi ce qu’il représente pour nous, surtout quand Jimmy n’est pas là. De par sa présence et certaines des actions qu’il a fait en fin de match, son état d’esprit, il a simplement été exceptionnel ce soir. » Brett Brown

Sa claquette dunk à 7’33 de la fin a donné l’avantage 91-84 aux Sixers, puis Landry Shamet et J.J. Redick ont mis le match hors de portée avec des missiles à 3-points. Interrogé sur ses commentaires de vendredi après la rencontre, le pivot All-Star, qui a fini à 24 points, 8 rebonds, 2 interceptions et 2 contres en 2018 a expliqué :

« C’est juste la frustration de ne pas bien jouer. Je sais que tout le monde a sorti ça de son contexte, mais j’aime tout le monde. J’aime mes coéquipiers, mon coaching staff, je pense que tous les gens qui me connaissent savent ça. Je n’ai jamais été dans cette situation. Généralement quand je suis dans une période un peu difficile, ça dure 2 ou 3 matchs. Mais là j’ai l’impression que ça fait 10 matchs. C’est aussi parce que j’en attends beaucoup de moi. Mais c’est le passé. On est passé à autre chose et tout va bien. » Joel Embiid via The Inquirer

19 victoires pour 9 défaites, c’est le bilan des Warriors. Et c’est aussi celui des Sixers, qui font leur meilleur départ (15 premiers matchs) à domicile depuis la saison 1966-67 (15-0) avec un bilan de 14-1 au Wells Fargo Center.

Leave a Reply