Evan Fournier : « Il faut avoir faim de playoffs, et parfois on agit comme si on y avait déjà été »

Evan Fournier : « Il faut avoir faim de playoffs, et parfois on agit comme si on y avait déjà été »

Revenus d’un voyage au Mexique avec 2 victoires, Orlando a pris une vraie valise lors de la réception de San Antonio mercredi soir. 39 points dans les dents. Une équipe de San Antonio qui venait tout juste d’en coller 27 aux 76ers. Après le match Evan Fournier et Aaron Gordon ont trouvé un point commun à cette défaite avec celles survenues contre Indiana (-22) le 7 et à Dallas (-25) le 10.

« Le manque de combat, le manque de simplement être prêts. Quand vous êtes une équipe comme nous qui veut prouver beaucoup de choses, il faut démarrer d’une certaine façon. Il faut en vouloir pour être une bonne équipe, il faut avoir faim de playoffs. Et parfois on agit comme si on y avait déjà été, ce qui n’est pas le cas. C’est ça le problème principal. » Evan Fournier

« On gagne un ou deux matchs et on est content. On ne doit pas s’enflammer. » Aaron Gordon

Cette saison, Orlando a aussi déjà perdu de 32 points contre Charlotte,de 22 à Milwaukee, 25 face aux Clippers et 25 à Denver. Les Spurs, seulement 9.1 points par match marqués en contre-attaque avant ce match, en comptait déjà 21 à la mi-temps contre le Magic.

« On n’était simplement pas prêts du tout à défendre ou à nous battre tout court. » Steve Clifford

Lourde absence néanmoins pour les Floridiens, celle de Nikola Vucevic, pour raison personnelle.

« Que Nikola ne soit pas là c’est énorme. C’était un avantage parce que tout a plus de sens avec lui. C’est un vétéran. Leur meilleur marqueur. Et tout le monde connaît sa place sur le terrain quand il est là. Leur défense aurait été plus en place, on n’aurait pas pu courir comme ça. » Gregg Popovich

Aaron Gordon, 26 points contre les Spurs dans la victoire du Magic contre San Antonio le 4 novembre, a terminé à 0/3. Pris à deux qu’il a reçu le ballon poste bas, il n’a joué que 16 minutes. Et n’a pas profité de la présence de Vucevic, qui lui crée habituellement des espaces pour courir, là où il s’épanouit le mieux. Il y aussi eu le fait que depuis 3 matchs, lui et Jonathan Isaac sont titulaires, ce qui fait que Gordon a été décalé au poste 3.

via The Athletic

Leave a Reply