Réunion de crise aux Celtics; Kyrie Irving dénonce un manque de cohésion et de l’individualisme

Réunion de crise aux Celtics; Kyrie Irving dénonce un manque de cohésion et de l’individualisme

Alors que les portes d’un vestiaire NBA s’ouvrent généralement une dizaine de minutes après le buzzer final d’un match, les Celtics ont mis exactement 36 minutes à laisser les médias pénétrer dans le leur après leur défaite 120-107 contre Milwaukee au TD Garden vendredi soir. Un temps qu’ils ont utilisé pour tenir une petite réunion de crise. Ce qui s’est dit ? Difficile de le savoir pour le moment.

« Ça ne vous regarde pas, honnêtement. » Kyrie Irving

Visiblement en tout cas, cela a fait du bien aux joueurs.

« On en avait bien besoin. Bien besoin. » Kyrie Irving

Après avoir gagné 8 matchs d’affilée, l’équipe, qui a subi un 46-17 en 1ère mi-temps et qui a été menée d’au moins 10 points durant les 37 dernières minutes de ce match, reste en effet sur 3 revers consécutifs.

« Je pense que tout le monde voit que nous sommes inconsistants dans nos prestations et il était venu le moment d’en parler. » Irving

Et pour Irving les raisons ce sont un manque de cohésion et de l’individualisme.

« A ce stade c’est une question de cohésion, d’avoir confiance de faire la passe, avoir confiance dans les joueurs qui sont sur le terrain. Il y a de toute évidence des actions individualistes… Nous avons des gars vraiment talentueux, mais nous sommes meilleurs quand nous partageons le ballon. Quand il reste peu de temps sur la possession, c’est là que nous commençons à faire nos actions en iso, ou alors en transition quand nous prenons un shoot et qu’il reste 16-17 secondes, ou lorsque nous prenons des fadeaways. Moi aussi je tombe dans le piège. Pour moi c’est un challenge difficile parce qu’il faut trouver un équilibre. Je peux faire littéralement ce que je veux sur le terrain, mais dans le même temps l’important c’est ce que je peux faire pour que mes coéquipiers aient plus de succès. Je dois être vraiment conscient de ça. » Irving

Si Irving n’a pas donné de nom, un certain Jayson Tatum semble visé, lui qui a fait beaucoup de choix critiquables cette nuit et Brad Stevens n’a pas manqué de lui faire savoir depuis son banc de touche.

La mayonnaise met du temps à prendre et ils ne sont pas aidés par les absences d’Al Horford, Marcus Morris (touchés au genou), Aron Baynes (opéré de la main gauche). De ce fait, cette nuit Semi Ojeleye était titulaire au poste 5, auquel il jouer rarement. Après un tiers de saison, alors qu’on pensait qu’ils étaient lancés, avec une belle série de victoires, face à des adversaires pour la plupart très faibles (tous à moins de 50% de victoires), ils continuent de piétiner. Ils semblent être revenus au même point qu’il y a quelques semaines lorsqu’ils étaient à 10 victoires et 10 défaites.

« Je ne sais pas si nous en sommes de nouveau là, mais nous ne sommes sans aucun doute pas où nous voudrions l’être. » Tatum

Mais Kyrie Irving, qui a toujours prôné la patience, insiste sur le fait que créer une cohésion n’est pas simple et ne se fait pas en un claquement de doigt.

« En voyant notre intersaison, vous pensez que sommes sans doute 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ensemble, et donc que nous allons juste avoir une alchimie instantanée sur le terrain. C’est bien plus facile à dire qu’à faire pour construire une équipe championne ou avoir des aspirations de titre, et ça part de nos habitudes, de notre préparation, de la façon dont nous nous traitons les uns les autres et de nos bonnes performances sur le terrain, peu importe que les shoots rentrent ou non. Il faut juste se faire confiance. C’est un truc du quotidien.Je sais que tout le monde se demande ‘Qu’est-ce qui se passe ?’ Ce n’est pas simple c’est tout. C’est un boulot au quotidien. Je le dis depuis le début de la saison. Cela ne va pas être joli. Cela ne va pas être excellent à chaque fois. Mais le plus important pour moi c’est la patience et il faut aussi être honnête les uns avec les autres sur ce que nous ressentons et pouvoir nous parler sans que qui que ce soit le prenne personnellement. » Irving

Il faut aussi faire des sacrifices

« La vérité c’est que je ne joue pas vraiment les minutes que je veux, je n’ai pas le rôle que je veux, ce qu’égoïstement j’aimerais avoir. Mais tout cela passe au second plan et je dois être patient car je dois grandir dans le rôle de leader de cette équipe et aider les jeunes joueurs à être plus préparés pour ce qu’ils vont rencontrer en vieillissant dans cette ligue, et ce que nous traversons à l’heure actuelle. » Irving

Et la suite ne s’annonce pas simple pour Boston, qui va enchaîner avec 5 adversaires au-dessus des 50% de victoires et attention à ne pas tomber plus en crise.

Via The Athletic et ESPN

Leave a Reply