Boris Diaw : « Je ne voulais pas un boulot à plein temps »

Boris Diaw : « Je ne voulais pas un boulot à plein temps »

Désormais à la retraite, Boris Diaw prend du bon temps, notamment sur son voilier avec lequel il sillonne les mers du monde. Il vient notamment de conclure un périple d’un mois qui l’a mené aux Caraïbes puis aux Etats-Unis en partant de Méditerranée.

« Ca a été fun ! Je voyage, je vois de nouveaux endroits et je kiffe. » Boris

Hier soir Boris n’était pas en vacances puisqu’il était du côté de Salt Lake City pour voir le Jazz à l’oeuvre face au Thunder, et plus précisément Rudy Gobert. C’est bien sûr dans le cadre de son rôle de Manager General adjoint de l’équipe de France. Il est en charge des relations avec les joueurs du Team France Basket, notamment ceux évoluant en NBA. Il va faire le tour des Etats-Unis pour rencontrer les Français.

« C’est fun. Ca me permet de rester dans le basket. C’était l’un des moyens. Je ne voulais pas un boulot à plein temps où je dois être présent tous les jours, dans un bureau de coach ou un truc du genre, mais je voulais quand même quelque chose. » Boris

Il a donc pu observer les progrès de Rudy Gobert, son ancien coéquipier

« Je pense qu’il se débrouille très bien. Il est de plus en plus consistant. C’est quelque chose de très important. Il y a quelques domaines où il peut progresser comme sur les post-ups, ce genre de choses. Nous l’utilisons très bien sur pick & roll, mais il peut être sans aucun doute une plus grande menace s’il ajoute quelques moves au poste. » Boris

Quant au Jazz, qui est sur courant alternatif, il a semblé séduit malgré la défaite sur le fil.

« Je pense qu’ils sont bons. Comme l’an passé ils ont un groupe solide qui joue un bon basket collectif. C’est ce que nous avons pu voir ce soir. Mais la régularité est une clé dans cette ligue. » Boris

Même s’il a rigolé des difficultés défensives du Jazz, pas aidé par les nouvelles règles comme les autres franchises NBA

« Où est-ce que la défense est passée ? Est-ce qu’ils ont changé les règles ? L’arbitrage ? » Boris

Au point de rigoler sur le fait qu’il pourrait tourner à 25 points par match

« Yeah, c’mon, man! J’aurais mieux gagné ma vie. Je déconne. Je ne me plains pas du tout. » Boris

Il va quand même profiter de son passage à Salt Lake City pour se faire plaisir.

« Je n’ai pas skié durant toute ma carrière. Donc j’ai dû arrêter pendant 17 ans. Là je m’y remets. » Boris

Via Deseret News

[Ma NBA] Dominique Wilkins : « Jouer en NBA, c’était comme mourir et arriver au paradis »

Leave a Reply