Klay Thompson : « Stephen Curry et moi, on pourrait bosser autant qu’on voudrait on n’arriverait jamais à faire ce que fait LeBron James »

Klay Thompson : « Stephen Curry et moi, on pourrait bosser autant qu’on voudrait on n’arriverait jamais à faire ce que fait LeBron James »

Il y a peu de points communs entre les Golden State Warriors de Stephen Curry, qui ont gagné trois titres lors des quatre dernières saisons, et les Bad Boys de Detroit menés par Isiah Thomas et Joe Dumars (deux titres à la fin des années 80). Mais les deux franchises ont dû faire face à deux des meilleurs joueurs de l’histoire pour remporter leurs trophées : Michael Jordan pour les Pistons et LeBron James pour les Warriors. Donc quand NBA TV décide de mettre les deux meneurs, en plus de Joe Dumars et Klay Thompson face à face pour une petite discussion, la question de savoir ce que ça fait de se retrouver face à ce type de joueurs arrive forcément sur le tapis. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils sont sont très admiratifs de leurs adversaires.

« On le sent qu’il est plus grand et plus fort que nous, spécialement quand on défend sur lui et en contre-attaque. Je n’ai jamais vu un gars aussi grand bouger aussi vite sur ses pieds. Il fait des petits pas mais très rapides. C’est incroyable, je me rappelle une fois en Finals j’avais la balle en contre-attaque et Andre Iguodala était derrière moi. LeBron me courait après, et Andre m’a dit « Tu as intérêt à dunker ! »Donc j’y suis allé et j’ai failli me tuer parce que j’avais peur que LeBron arrive et me contre. L’atterrissage était compliqué ! C’est ce genre de présence qu’il a sur le terrain, il est partout. Steph et moi on pourrait bosser autant qu’on le voudrait, on ne pourrait jamais faire ce qu’il fait. » Klay Thompson.

« Je vous ai regardés jouer les deux dernières années, spécialement lors des Finals contre LeBron et je regardais ce qui lui a fait dans son époque. Je sais ce que ça faisait de jouer contre Michael Jordan. C’était le joueur le plus dominant de notre époque à nous. Il était tellement plus athlétique que nous…On en parlait pendant des heures au téléphone, on le regardait jouer contre les autres équipes. Il faisait des choses qu’on ne pouvait juste pas faire. Et quand je regarde LeBron jouer, je me dis la même chose, il réussit des choses que vous ne pouvez pas faire. Parfois, on avait l’impression de faire un super boulot, on regarde les stats et il est à 39 points. » Isiah Thomas.

« C’est la meilleure façon d’expliquer ça ! Je dirais que c’est un gars capable de changer le cours d’un match. Il peut contrôler le rythme du match, il fait des choses qui nous font dire « Comment il a fait ça ? » Parfois, vous défendez quand même super bien sur lui et il a la force, la puissance d’aller jusqu’au panier et il a aussi développé son jeu à l’extérieur. Il faut les cinq joueurs sur le terrain à chaque match pour le défendre et vous savez que si vous ne faites pas les efforts nécessaires, il va pouvoir vous faire mal. » Stephen Curry

Et cette domination ravit Curry et Dumars puisqu’elle leur a permis de se surpasser.

« Lors de notre premier titre, quand nous avons joué contre lui en Finals, ce qu’il faisait chaque soir était spectaculaire. Ça nous donnait cet état d’esprit, ce feu intérieur, pour essayer de comprendre comment gagner les matchs malgré tout. Ça nous donne aussi un peu plus de crédit quand on y arrive. » Stephen Curry.

« Vous savez, ça peut sembler bizarre mais c’était jouer contre Jordan qui me rendait le plus impatient. Vous saviez à ce moment que vous deviez être à votre max. Donc s’il y avait quelque chose qui faisait ressortir le meilleur et que vous étiez un vrai compétiteur, vous vouliez y être confronté. J’attendais avec impatience ce match parce que j’écoutais ce que vous disiez sur LeBron et Jordan était tout ça. Chaque erreur que vous faisiez, il en tirait avantage. Il fallait donc être complètement concentré, suivre le plan de jeu à la lettre, être au bon endroit au bon moment… Et on était furieux quand quelqu’un ne faisait pas la bonne rotation par exemple parce qu’on lui faisait confiance et que s’il n’était pas où il était supposé être, Jordan allait faire un truc vraiment impressionnant et on avait pas besoin de ça. » Joe Dumars.

Via NBA TV.

 

[Ma NBA] Dominique Wilkins : « Jouer en NBA, c’était comme mourir et arriver au paradis »

Leave a Reply