Merci qui ? Merci Tony ! « JB pensait que je commençais à fatiguer »

Merci qui ? Merci Tony ! « JB pensait que je commençais à fatiguer »

À l’entame du 4ème quart-temps, Tony Parker n’était encore qu’à 2 points à 1/4 contre les Nets vendredi soir. Charlotte était encore devant (+7, 79-72) lorsqu’il est revenu à 7’36 de la fin mais son avance continuait à fondre doucement mais sûrement alors que l’équipe avait pris jusqu’à 20 points d’avance (26-6) en début de rencontre. Revenu car il n’a raté qu’une minute et 2 secondes de jeu dans le 4ème. Le croyant fatigué, James Borrego l’a remplacé à 8’18 avant de le faire à nouveau entrer.

« JB pensait que je commençais à fatiguer, donc je lui ai dit : ‘Je ne suis pas fatigué, c’est bon je peux y aller’. Donc il m’a refait entrer. Il s’inquiète toujours pour mon corps par rapport à mon âge et pour anticiper la longueur de la saison, parce que le moment le plus important de l’année c’est les playoffs. Mais en même temps, je blague toujours avec lui en disant : ‘Il faut quand même qu’on se qualifie par contre’. » Tony Parker

Step-backs, reverses, floaters, TP a tout fait aux Nets pour finir à 19 points (dont une série de 6 d’affilée) à 9/14 et 2 passes en 23 minutes (17 points à 8/10 dans le dernier quart) et aider les Hornets, 6èmes à l’Est, à équilibrer leur bilan (17-17).

« C’est un peu ce qu’il a l’habitude de faire. Je suppose que je le côtoie depuis si longtemps que je le vois tout simplement comme Tony Parker, et donc que je m’attends à ce genre de choses. En fait je suis surpris quand cela n’arrive pas plutôt. Tony est un grand joueur. Il connaît ce rôle. Il a joué un rôle majeur dans de nombreux matchs qu’on a réussi à finir. On avait besoin de lui ce soir. » James Borrego

« J’ai été dans cette situation tellement de fois, avec les Spurs, l’équipe nationale… J’ai toujours adoré ces moments à pression. C’est ce que les gens retiennent. Les gros matchs, les gros shoots, les grosses performances, donc j’aime être dans cette situation. Au fil des années il faut faire ses preuves aussi, il faut le mériter pour qu’on vous fasse confiance dans ces moments difficiles. Depuis que je suis là, on a beaucoup parlé du fait qu’ils avaient perdu beaucoup de matchs dans le 4ème quart, donc je sens que je peux vraiment aider là-dessus. » Tony Parker

Après le match le Français a indiqué qu’il ne jouerait pas à Washington et qu’il ne serait pas non plus du voyage à D.C. avec l’équipe samedi soir. De quoi lui permettre de se préparer sereinement pour la réception du Magic le 31 décembre.

« Je fais confiance à JB dans la gestion de mon corps. Actuellement je vais bien. Je n’ai pas raté trop de matchs, donc je me sens vraiment bien et j’espère continuer comme ça. C’est toujours bien quand j’ai un jour de repos sur les back-to-backs aussi parce que c’est ça le plus dur. » Tony Parker

via Charlotte Observer

[Ma NBA vol. 2] Nicolas Batum : « Si j’avais été drafté en 2007, ç’aurait été un désastre ! »

Leave a Reply