Dans les coulisses du transfert de Blake Griffin

Dans les coulisses du transfert de Blake Griffin

Dans son papier « Blake Griffin doesn’t need to be relevant» publié sur ESPN le 8 janvier, Kevin Arnovitz a raconté en détails la journée du Piston le jour de son transfert de Los Angeles le 29 janvier 2018, soit il y a presque 1 an.

« Griffin a d’abord appris qu’il allait probablement être transféré à Detroit aux alentours de 10h du matin le lundi du transfert. La nouvelle ne provenait pas de son agent Sam Goldfeder, ni d’une quelconque personne travaillant au sein du front office des Clippers ou des Pistons, mais plutôt d’un ami connecté à la ligue. Les Clippers étaient rentrés de New Orleans la veille. Aucun entraînement n’était programmé pour le lundi, mais Griffin avait prévu d’aller à la salle pour faire de la musculation.

Après avoir reçu le message de son ami, Griffin a appelé Goldfeder, qui de son côté a essayé de joindre le président des opérations basket des Clippers Lawrence Frank. Ni lui ni Griffin, qui lui avait envoyé un sms lui demandant de le rappeler quand il aurait le temps, n’ont réussi à le contacter. Griffin s’est ensuite rendu à la salle d’entraînement, où il a remarqué une certaine tension dans le training staff.

Après sa séance de musculation, il s’est rendu à l’étage au bureau des opérations basket, où il a demandé à l’assistant de Frank s’il pouvait lui parler. Même malaise qu’en bas dans la salle de musculation. Frank est finalement sorti de son bureau, où les finitions de la transaction étaient en train de se mettre en place.

La discussion entre Frank et Griffin a été tendue mais courtoise du début à la fin. Griffin a demandé à savoir ce qu’il en était par rapport aux négociations, Frank a répondu que les joueurs du calibre de Griffin faisaient fréquemment l’objet de discussions avec d’autres équipes, et que les discussions en question s’étaient intensifiées. Familier avec le langage du management, Griffin a cette fois fait une requête plus affirmée : si et quand les discussions se matérialiseraient en trade, lui et son agent voulaient être les premiers à en être informés par Frank, et pas par un tiers. Frank a assuré à Griffin qu’il l’appellerait en premier.

Griffin a quitté la salle pour aller chercher ses enfants, et sur la route pour la maison, son ami lui a envoyé par sms que le deal était imminent et qu’il devait s’attendre à un coup de fil du coach et président des opérations basket des Pistons Stan Van Gundy sous peu. Griffin a rapidement envoyé un sms à Goldfeder en lui annonçant la nouvelle et 10 minutes plus tard, a reçu un coup de fil de Frank puis du coach des Clippers Doc Rivers, encore 10 minutes après. Griffin n’a répondu à aucun des deux appels, ni à celui, plus tard, de Steve Ballmer. Il n’a parlé à aucun dirigeant des Clippers depuis son départ. »

S’il n’a pas eu de mal à avaler le fait d’être transféré, c’est la manière qui lui est clairement resté en travers de la gorge.

« Je comprends. Le basket est un business. La seule chose que j’aurais aimé que c’est le transfert se soit déroulé autrement. » Blake Griffin

via ESPN

Leave a Reply