John Wall n’est plus là mais tout à coup ça va mieux à Washington; Bradley Beal : « Je ne sais pas ce qui s’est passé »

John Wall n’est plus là mais tout à coup ça va mieux à Washington; Bradley Beal : « Je ne sais pas ce qui s’est passé »

La blessure de John Wall serait-elle un mal pour un bien pour les Wizards ? Depuis que le meneur est sur la touche, les hommes de la capitale en sont à cinq victoires pour trois défaites. Cette nuit encore, ils se sont imposés face aux Bucks sur le score de 113 à 106. Giannis Antetokounmpo n’était pas là, à cause d’une petite blessure à la hanche, mais même sans leur candidat MVP, la franchise de Milwaukee reste compliquée à manœuvrer.

« Avec ou sans Giannis, c’est une bonne équipe. Ils jouent très dur, sont bien coachés, très disciplinés… On ne s’est jamais relâché dans la rencontre. On avait 10 points d’avance dans le premier quart et ils sont facilement revenus au score. On devait rester concentré et garder le pied sur l’accélérateur. » Bradley Beal.

Bradley Beal a évidemment été très performant avec 32 pions mais c’est tout le groupe de Scott Brooks qui s’est mis au diapason. Jeff Green, par exemple, a collé 20 points, tout comme Trevor Ariza.

« Notre équipe n’est plus du tout la même qu’au début de la saison. C’est parce qu’on joue ensemble et je pense qu’on est arrivé au moment où on peut renverser la situation. Nous jouons dur et de la bonne manière, je ne sais pas ce qu’il s’est passé, peut-être que quelqu’un a appuyé sur un interrupteur mais on trouve finalement les solutions. On a un bon groupe et on veut continuer à s’améliorer et à gagner des matchs. » Bradley Beal.

« Vous pouvez voir qu’on n’abandonne aucune action, même quand on joue mal en attaque. On joue dur, et ça nous permet de rester dans les matchs et de trouver du rythme en attaque. » Tomas Satoransky.

Mais la perf la plus impressionnante reste celle de Tomas Satoransky justement. Toujours performant quand Wall est absent (ce qui arrive malgré tout assez souvent), le Tchèque a réussi son premier triple-double en carrière, terminant la rencontre avec 18 points, 12 rebonds et 10 passes décisives. Il a d’ailleurs récolté sa dernière dîme grâce à un alley-oop avec Beal, alors qu’il ne restait qu’une minute et 43 secondes à jouer.

« Merci à Brad, c’est lui qui a appelé ce système. C’était super sympa de sa part. Je disais plus tôt que Beal en avait déjà réussi un, et c’est compliqué pour un shooteur. Moi, j’organise l’équipe et je pense que j’ai cumulé les stats dès le début du match. Rebonds, passes décisives, tirs… Il y a toujours plus d’opportunités quand on réussit un gros début de rencontre. » Tomas Satoransky.

Les Wizards remontent petit à petit la pente et se rapprochent des playoffs. Ils sont dixièmes de la conférence Est et n’ont plus que deux matchs de retard sur les Hornets, huitièmes.

Via ESPN et the Washington Post.

[Interview] Vince Carter : « Ce feeling il n’y a peut-être rien de comparable »

Leave a Reply