Tony Parker Sr. : « Je ne pouvais pas rater ça »; Nicolas Batum : « J’ai été plus rapide qu’ESPN sur le coup là »;

Tony Parker Sr. : « Je ne pouvais pas rater ça »; Nicolas Batum : « J’ai été plus rapide qu’ESPN sur le coup là »;

Avant le grand retour de Tony Parker à l’AT&T Center lundi soir, Nicolas Batum s’est souvenu du moment où, cet été, celui qui n’avait jusque-là été que son coéquipier en équipe de France lui avait demandé d’annoncer son arrivée à Charlotte.

« Je lui ai dit : ‘Si je tweete ça et que tu re-signes, j’aurai l’air con. Il m’a dit ‘Non, vas-y, annonce la nouvelle’. C’est ce que j’ai fait. J’ai été plus rapide qu’ESPN sur le coup là. » Nicolas Batum

Anticipant sa première venue à San Antonio depuis sa signature la semaine dernière, Parker a aussi consulté Batum sur sa propre expérience, lui qui, transféré par les Blazers en juin 2015, avait joué son premier match à Portland avec les Hornets le 29 janvier 2016. Un match avant lequel il avait été « tellement nerveux ».

« Je lui ai dit que c’était bizarre, bizarre quand tu as passé autant de temps avec une équipe, que tu as gagné avec elle et que tu y as d’excellents souvenirs. Quand tu reviens, c’est bizarre. On en a discuté. Je sais ce qu’il ressent envers cette franchise. San Antonio c’est la maison pour lui. C’est là qu’il retournera quand il ne sera plus avec nous. » Nicolas Batum

Si de nombreux membres de sa famille venus spécialement de France lui ont fait une très belle surprise en faisant le déplacement hier (alors qu’ils lui avaient dit qu’ils se lèveraient en France pour voir le match), Parker savait que son père, Tony Parker Sr., serait là.

« Sans aucun doute. Je ne pouvais pas rater ça. Mais ça montre aussi à San Antonio et ses habitants que nous avons le même amour pour eux aussi parce qu’il n’aurait pas pu faire tout ce qu’il a fait en 17 ans ici sans eux. » Tony Parker Sr.

Il a été le premier surpris de voir son fils quitter le Texas.

« C’est la vie (en français). La vie l’a mené dans cette direction, où il est aujourd’hui, c’est comme ça. On le soutient toujours. Quoi qu’il arrive, où que ce soit. Dans la vie, les choses ne se passent pas toujours de la façon dont on aimerait qu’elles se passent. Parfois, comme dit l’expression, c’est comme ça. C’est vraiment ça. Il y a certaines choses dans la vie contre lesquelles il ne faut peut-être pas lutter. Vous faites avec et vous voyez comment ça se passe. » Tony Parker Sr.

Avant le match, il a essayé d’imaginer ce qu’allait ressentir son fils durant cette soirée remplie d’émotion.

« Je pense qu’il va se dire :’Man, comment je suis arrivé là ? C’est vraiment comme ça ?’ Ce sera une opportunité pour lui d’être de l’autre côté du terrain et de voir combien les fans de San Antonio l’apprécient. » Tony Parker Sr.

Sans intention aucune de l’encombrer avec ses questions après.

« Certains parents veulent être partout, mais il y a certaines choses dans la vie qu’on doit avoir pour nous-mêmes. C’est son moment, quelque chose dont il se souviendra toute sa vie. » Tony Parker Sr.

via The Athletic

Leave a Reply