Rob Pelinka : « J’espère que la saison des Lakers sera un peu la même que celle des Patriots »

Rob Pelinka : « J’espère que la saison des Lakers sera un peu la même que celle des Patriots »

Ça y est, le Superbowl est passé, la saison de NFL est terminée et les champions de cette année sont les Patriots. Pourtant, la franchise de Boston avait très mal commencé sa saison au point que certains se demandaient si ce n’était pas la fin de sa dynastie, avant de relever la tête. Et le General Manager des Lakers Rob Pelinka veut voir chez les champions de NFL des similarités avec la franchise californienne.

« En début de saison, ils ont rencontré beaucoup d’adversité. Il y avait beaucoup d’histoires qui circulaient à propos des mauvaises relations des joueurs dans les vestiaires mais ils ont réussi à rester soudés. Mon espoir, c’est que notre saison soit, un peu, la même dans le sens où nous ne sommes à l’heure actuelle même pas qualifiés pour les playoffs mais nous avons rajouté du talent à l’équipe. Ensuite, comme avec Tom Brady, on laisse un des meilleurs joueurs de l’Histoire (LeBron James) mener tout ça. » Rob Pelinka.

Bon, on aime bien Reggie Bullock et Mike Muscala, mais ces deux joueurs sont loin, très loin du calibre d’Anthony Davis, que le front office des Lakers voulait attirer à Los Angeles. Mais encore une fois, Pelinka compare la situation des Lakers avec celle des Patriots qui, au retour de Julian Edelman, ont su trouver le bon rythme pour remporter le titre final.

[Grosse interview] Nikola Vucevic : « J’ai envie de tout faire au All Star Game ! »

« Quand je regarde Bullock et Muscala, mon espoir est qu’ils aient le même genre d’impact qu’Edelman. Ce n’est qu’un joueur, mais il a un gros impact sur l’alchimie de l’équipe, et j’espère que nos deux gars peuvent faire pareil. » Rob Pelinka.

Il y a un point intéressant à noter dans le recrutement du front office des Lakers cette semaine : alors qu’ils avaient expliqué cet été vouloir innover et entourer James de playmakers plutôt que de shooteurs comme avait pu le faire Cleveland, Pelinka a recruté deux snipers incapables de créer pour les autres. Il y aurait-il un changement d’identité en vue ?

« Je ne pense pas que c’est un virage, notre identité est toujours basée sur les playmakers. Je pense que c’est juste un petit écart et vu les circonstances qu’on ne pouvait pas contrôler et qui ont montré le bout de leur nez, je pense que c’est une réponse intelligente. Nous sommes excités de voir comment ça fonctionnera. » Rob Pelinka.

En tout cas, cela fonctionnera certainement moins bien que si c’était Anthony Davis qui avait débarqué à Los Angeles mais les négociations menées par les Lakers avec les Pelicans ces dernières semaines n’ont finalement pas débouché sur un trade. Rob Pelinka s’est exprimé à ce sujet dans ce qui ressemble à un tacle à Dell Demps, le GM des Pelicans.

« Ce que j’ai appris en négociant, c’est que vous ne pouvez contrôler que ce qu’il se passe de votre côté. Vous essayez d’être agressif de manière assez intelligente et de négocier à chaque fois avec dignité et professionnalisme. Je pense qu’en général, en NBA, cela se passe comme ça. Les équipes sont représentées par des personnes très intelligentes, de très bons General Manager. Et je pense que les négociations en général ont cet état d’esprit. Pour ce qui est de la jalousie que peuvent créer les Lakers à cause de leur succès sur le long terme ou de ce que les autres franchises voient comme des avantages, vu la ville dans laquelle nous sommes basés, je pense qu’il faut demander ça aux autres équipes. Je ne veux pas spéculer sur ce que les autres peuvent penser. » Rob Pelinka.

Et pour finir, alors que le poste de Luke Walton, l’entraineur des Lakers, serait selon certaines rumeurs en danger, Pelinka l’a soutenu.

« Je pense que Luke fait du très bon boulot vu les circonstances et les blessures que nous avons subies cette année. Il a réussi à garder une ligne directrice. Luke est le leader et il a fait un très bon boulot. » Rob Pelinka.

Les négociations de trade semblent pourtant avoir créé une vraie cassure au sein du groupe. Mais après une défaite (très) embarrassante contre les Pacers, la plus grosse de la carrière de James (-42…), les Lakers ont réussi à rebondir et à s’imposer au buzzer contre les Celtics.

« Quand vous traversez quelque chose en tant qu’équipe, si vous parvenez à résister à l’adversité, vous pouvez ensuite choisir comment répondre. Est-ce que cela va vous rapprocher ou vous éloigner ? » Rob Pelinka.

On espère pour les fans des Lakers que leurs joueurs choisiront la deuxième solution.

Via ESPN.

Leave a Reply