James Harden, détesté par beaucoup mais adoré par ses coéquipiers

James Harden, détesté par beaucoup mais adoré par ses coéquipiers

James Harden a beau être train de réaliser quelque chose que seul Wilt Chamberlain a réussi avant lui dans l’histoire, l’arrière des Rockets est loin de faire l’unanimité en NBA. On lui reproche beaucoup son fort penchant pour les shoots à 3-points et le fait que le jeu de Houston manque cruellement de mouvement tant le MVP 2018 occupe une part importante de l’attaque de son équipe. Toujours est-il que les Rockets sont 5èmes de la conférence Ouest malgré leurs problèmes de blessures et qu’Harden délivre tout de même 7.7 passes décisives par match à ses coéquipiers en plus de ses 36.6 points de moyenne !

« Tant que les gars sont certains qu’ils auront des opportunités de tirer, ils vont le faire. Même s’ils loupent un tir, ils savent que la balle va revenir, que je vais leur donner. Il faut construire de la confiance avec ses coéquipiers. Je sais que j’attire l’attention en attaque et que les défenses sont concentrées sur moi donc j’essaie d’aider les autres gars à avoir leurs opportunités, de leur rendre la vie plus facile pour scorer. Comme ça ils ont plus de jus en défense et on peut s’entraider. » James Harden

Des coéquipiers qui kiffent jouer avec lui et qui dressent un portrait du joueur loin de celui d’un croqueur de ballons.

« Il fait ce qu’il faut pour gagner. Tout le monde regarde le nombre de points qu’il marque, le nombre de dribbles qu’il pose, le nombre de passes qu’il fait… Il faut juste respecter ce qu’il fait. Les gars qui jouent en NBA savent à quel point c’est dur de faire ça chaque soir, qu’on soit en forme ou non. Si les autres joueurs pouvaient le faire, ils le feraient. » Chris Paul

« C’est fun, spécialement pour un gars comme moi parce que j’aime tirer. Quand vous avez un gars qui aime autant que lui faire des passes, il ne me reste plus qu’à me démarquer, trouver des spots de tirs et essayer de faire en sorte qu’il me voit pour qu’il puisse me faire la passe. C’est vraiment, vraiment fun. » Gerald Green

« Il faut que vos mains soient prêtes parce qu’il peut vous la passer n’importe quand. Vous ne pouvez pas toujours assumer qu’il va tirer parce que c’est un scoreur, il faut toujours être prêt à recevoir la balle. Si ils le prennent très haut, il va lui falloir un autre joueur capable de porter la balle. Parfois, s’il y a huit secondes sur l’horloge, je vais devoir créer pour quelqu’un d’autre. » Austin Rivers

Loin aussi de celle d’un leader écrasant ou gueulard, qui veut dominer seul.

« Il a vraiment rassemblé nos gars, leur a donné beaucoup de confiance. Il est devenu une star sans se comporter comme une star. Il a beaucoup de liberté mais il n’en abuse jamais. Il a toujours beaucoup fait pour l’équipe, il fait ce que ses coéquipiers veulent. Et pour moi c’est là où il a les plus progressé, il entraîne ses coéquipiers. Il a un gros impact sur Gerald Green, Danuel House et PJ Tucker. C’est grâce à lui qu’ils jouent comme ça. Il leur donne beaucoup de confiance, ils peuvent faire des un-contre-uns avec celui qui est surement le meilleur joueur offensif de la ligue. » John Lucas, assistant aux Rockets.

« Ce qu’il fait est incroyable. Il défend, fait des actions sans la balle, score de partout, est un leader… Il s’assure que les gars restent après les entraînements et qu’ils sont concentrés avant les matchs. Il fait beaucoup de petites choses que vous ne voyez surement pas sur les cameras. Il est tellement concentré, il travaille beaucoup. Il nous mène dans la bonne direction, notre boulot c’est de le laisser faire ça et aller avec lui où nous avons besoin d’aller. » Gerald Green

Superstar à la personnalité relativement discrète, Harden est décrit par ses collègues comme un leader « par l’exemple ».

« Il mène par l’exemple. Ce n’est pas un gars qui va râler. On suit James, je pense que ce n’est pas un secret. Il joue le meilleur basket de la NBA et ce n’est même pas un débat, je ne comprends pas pourquoi on se demande encore qui va être MVP vu tout ce qu’il a fait. Je pense qu’il n’a pas besoin de nous mener par la parole, il laisse ça aux autres et fait tout le reste. » Austin Rivers

« C’est un leader par l’exemple, tous les soirs en faisant ce qu’il fait. Tous les soirs. Ça m’a vraiment inspiré de voir un gars comme ça qui est agressif tous les soirs, qui attaque le cercle. Les autres équipes savent qu’il est le meilleur joueur et essayent de poser leur défense mais ça ne fonctionne jamais. Vous imaginez ? Tous les soirs une équipe essaie de vous arrêter et ils n’y arrivent pas. C’est dingue.  À chaque fois que je cours, il fait un lob pour qu’on ait un panier facile. Il trouve toujours ses coéquipiers. Et quand il doit mettre des shoots difficiles il les met. J’adore. Dès qu’il part en 1 contre 1, 95% du temps il passe son défenseur et l’équipe doit venir en aide. La défense doit faire quelque chose. C’est là qu’on est ouvert et que cela crée de shoots ouverts ou qu’il score. » Clint Capela

via The Athletic

 

Leave a Reply