Slam Dunk Contest : John Collins conseillé par deux légendes

Slam Dunk Contest : John Collins conseillé par deux légendes

Depuis son arrivée dans la ligue, l’ailier fort des Hawks John Collins a montré toute ses qualités de dunkeur en écrasant quelques tomars bien violents à plusieurs reprises. Le sophomore a donc assez logiquement été sélectionné pour le concours de dunks de cette année et il va tenter d’imiter Dominique Wilkins, Spud Webb et Josh Smith qui ont tous remporté cette épreuve sous le maillot de la franchise georgienne (à deux reprises pour Wilkins).

« Je voulais participer à cause du pedigree des Hawks, je pense que c’est le bon timing, je suis en plus au Rising Stars et je réussis un belle saison. J’ai le sentiment de m’être un peu fait snobber l’année passée. Je voulais revenir, sauter un peu et voir si je peux remporter ce concours. » John Collins.

Pour l’aider à se préparer, le jeune intérieur a pu compter sur deux conseillers de choix : Dominique Wilkins et Vince Carter.

« C’est un peu une épée à double tranchant. Tout le monde a quelques dunks où ils sont experts, ils m’ont donné des conseils pour m’aider mais c’est tout ce qu’ils peuvent faire. Ce sera utile si je peux les compléter par moi-même. » John Collins.

En tout cas, les deux hommes ont pris leur rôle de mentor à cœur.

« Je me reconnais beaucoup en lui parce qu’il est très rapide avec ses pieds. J’étais comme ça et je voulais attaquer le panier. Il me rappelle vraiment tout le temps ça, je ne jouais que d’une manière. Mon but sur le terrain, c’était de vous attaquer tout le temps et une fois que j’avais un chemin, rien ne pouvait me stopper. Et John peut faire tout ça, mais il peut en plus dunker dans le trafic. C’est dur. Je lui ai dit que la première chose qu’il devait faire c’était de tout donner. Il faut donner le ton. Ça permet de monter votre niveau de confiance, mais aussi de faire monter l’ambiance. Dominique Wilkins.

« Il faut mettre ses dunks. Sérieusement. Beaucoup de gars se font prendre par le stress. Je voulais aussi gagner ce concours. Je l’ai pris sérieusement, comme un match de playoffs. J’étais concentré et je comprenais ce que je voulais. Il faut repousser ses limites mais le dunk doit rentrer. Je déteste quand je les loupe. Il faut faire attention à ce qu’on veut. Quand vous êtes sur le terrain, tout le monde vous regarde. Si j’étais dans le jury, je voudrais voir à quel point tu peux faire un dunk fluide et avec une impression de facilité pour que vous, les médias, puissiez vous dire que vous arriveriez avec un panier plus petit. C’était mon intention (quand il a remporté le concours en 2000 ndlr). Quand vous m’avez vu faire mon 360 reverse, j’ai essayé de le rendre le plus fluide possible pour que dans votre tête vous vous disiez : « Si je descends le panier, je peux faire » jusqu’à ce que vous tentiez le coup et là : « Attendez une seconde, c’est plus dur que ce que je pensais. » C’est ce que j’essayais de faire et c’est ce qui sépare les dunkeurs in game des dunkeurs de concours.  » Vince Carter.

Le joueur de 21 ans veut forcément remporter le concours, mais aussi que les spectateurs se souviennent de son nom. Lui qui tourne à 19,1 points et 9,5 rebonds dans l’indifférence la plus totale ou presque.

« C’est la première année qu’il joue à ce niveau et beaucoup de gens pensent que ce n’est qu’un feu de paille. Mais ce n’est pas le cas quand vous faites ce qu’il fait chaque soir. Il va commencer à avoir de la reconnaissance. Les gars des autres équipes viennent me voir et on me dit : « Mec, ce John Collins se donne à fond et c’est un problème pour nous ». Vous ne le voyez peut-être pas dans un article, mais les joueurs et les coachs le connaissent. » Dominique Wilkins.

Et ça tombe bien, parce que selon Vince Carter, ce concours va justement l’aider à se faire un nom. Attention toutefois à ne pas se brûler les ailes.

« Que l’on perde ou que l’on gagne, ça permet de se faire remarquer. Mais il faut faire attention à ce qu’on veut. Quand vous êtes sous le feu des projecteurs, tout le monde vous regarde. Qu’il gagne ou perde, on saura qui est John Collins et les gens vont commencer à regarder ses stats et tout le reste. Mais si vous voulez devenir un star, il ne faut pas sauter les étapes. » Vince Carter.

Maintenant que John Collins a reçu les conseils de ses aînés, il compte bien leur emboîter le pas et lui aussi remporter ce concours.

« En tant que Hawk, je vois ces deux gars tous les jours. Je veux gagner ce concours et faire partie de ceux qui ont réussi ça sous ce maillot. J’essaie de faire quelque chose qui a déjà été fait, mais à un très haut niveau. Je veux que mes dunks soient cools et qu’ils excitent les gens. C’est compliqué de toucher tout le monde mais je crois que j’ai trouvé les bons dunks. » John Collins.

Via The Athletic et AJC.

[Ma NBA] Bill Wennington : « Première action de ma carrière, Magic fait une passe à Kareem et… »

Leave a Reply