Bradley Beal a pris sur lui : « Je déteste les super teams »

Bradley Beal a pris sur lui : « Je déteste les super teams »

Recruter est loin d’être l’activité favorite de Bradley Beal, mais le Wizard a pris celui pendant le All-Star Weekend. Il le fallait selon lui.

« Je suis obligé, je suis obligé. Je n’ai jamais été dans cette position avant. Les moves de la deadline nous ont donné plus de liberté pour l’offseason à venir donc je vais faire de mon mieux. » Bradley Beal

À une époque où la course au titre fait rage et que les superstars s’allient, l’arrière se dit que s’il veut gagner, il n’a pas trop le choix. Et c’est un peu contre-nature pour lui.

« Je déteste les super teams. C’est mon avis… Prends ta propre équipe et essaie de gagner avec ce que tu as. Mais pour gagner c’est comme si tu avais besoin de 5 All-Stars, surtout pour battre Golden State aujourd’hui. C’est contre eux que tout le monde se mesure. Il sont 4, 5, 6 joueurs qui sont probablement All-Stars, donc leur équipe parle d’elle-même. » Bradley Beal

John Wall blessé pour 1 an, Otto Porter Jr. transféré à Chicago, Beal se retrouve seul à la barre. Côté front office, on a rayé un trait sur les rumeurs de transfert de début de saison et on compte faire confiance au double All-Star de 25 ans.

« On veut qu’il fasse partie de notre groupe pour longtemps. » Ernest Grunfeld, GM

L’arrière sélectionné en 3ème position de la draft 2012 à sa sortie de Florida en 2012 a encore 2 ans de contrat (jusqu’en 2020-21, où il sera payé 28.7 millions de dollars l’année) après cette saison

« Si je peux prendre ma retraite sous ce maillot, je le ferai. La loyauté est très importante pour moi. Washington c’est chez moi depuis 7 ans. Je serai dévoué à cette équipe jusqu’à ce que ce ne soit plus le cas, jusqu’à ce qu’on me transfère. C’est juste mon état d’esprit. Je vais continuer à être un leader et à faire tout ce que je peux pour nous aider à gagner.

Je crois fermement au fait que je peux le faire avec n’importe qui. Du moment qu’il y a l’éthique de travail et le dévouement pour arriver à ce niveau. Mais ça ne va pas être facile. Ce serait naïf de dire ça. Je serai naïf de dire que ça a été une super année, mais j’ai beaucoup appris aussi. Les périodes difficiles ne durent pas, les personnes solides si. » Bradley Beal

via The Athletic

Leave a Reply