Le « flu game » de Rudy Gobert

Le « flu game » de Rudy Gobert

Malade toute la journée samedi, Rudy Gobert – aidé par le staff médical du Jazz avant le match – a joué 34 minutes dans la victoire de son équipe, obtenue face à Brooklyn, 114-98. Le Français, qui vise cette saison les 82 matchs joués, a passé 34 minutes sur le terrain pour 23 points à 9/12, 17 rebonds et 3 contres en 34 minutes.

« J’ai juste essayé de donner tout ce que j’avais. Je savais que c’était un gros match pour l’équipe. Je n’ai encore raté aucun match cette saison, donc je tenais vraiment à jouer, à moins d’être vraiment, vraiment trop malade, sans pouvoir me lever. Je savais que le training staff allait pouvoir me donner un petit quelque chose pour pouvoir jouer. » Rudy Gobert

C’est ensuite la tête dans une petite poubelle face à son casier dans le vestiaire du Jazz que sa soirée s’est achevée. Cela ne l’a pas empêche de faire son boulot à merveille et de contribuer à la large victoire des siens, qui ont fait parler leur défense et leur présence intérieur. Ils ont inscrit 48 points dans la raquette alors qu’en face les Nets étaient limités à 38 points et shootent à seulement 34.7% sur le match, dont un horrible 6/23 dans le premier acte. Le Jazz a vite pris les commandes pour ne jamais les lâcher.

« C’est notre identité. Quand on arrive prêts comme on l’a fait ce soir et qu’on arrive à tenir ça pendant 4 quarts-temps, on est très difficiles à battre. » Rudy Gobert

« Nous avons verrouillé la raquette. Gobert et Favors ont fait un sacré boulot. » Quin Snyder

Rudy a joué parfaitement son rôle de protecteur de cercle et il n’est pas étranger au 29% des Nets en première mi-temps.

« Avec un joueur de ce calibre en défense à chaque possession, c’est dur d’avoir ce que vous avez d’habitude comme opportunités. » D’Angelo Russell

Et quand ça fonctionne aussi en attaque avec un super duo Donovan Mitchell – Rudy Gobert, tout roule pour le Jazz, qui est sur 3 victoires de suite et peut toujours espérer aller chercher l’avantage du terrain au premier tour.

« C’est un mélange des deux (agressivité et exécution), on veut attaquer le panier et derrière ça ouvre tout. On a des gars capables de trouver le joueur ouvert, comme Donovan, Joe, Ricky… Tout le monde touche le ballon donc c’est fun. » Rudy Gobert

via Salt Lake Tribune

Leave a Reply