Draymond Green : « On a probablement eu un rôle dans la disparition des pivots »

Draymond Green : « On a probablement eu un rôle dans la disparition des pivots »

En 2012, la NBA a décidé de supprimer la catégorie « pivot » des votes pour le All-Star Game. Depuis, les postes 5 font partie de la catégorie « frontcourt » et, à l’époque, ça n’avait vraiment pas plus à DeMarcus Cousins, âgé de 22 ans.

« J’étais très en colère. J’avais trouvé ça irrespectueux. C’était à un moment où je commençais à être bon et ça rendait plus difficile pour moi d’obtenir une sélection au All-Star Game. » DeMarcus Cousins.

Bon, le nouveau pivot des Warriors était tellement dominant que ça ne l’a pas empêché d’être sélectionné à quatre reprises pour le match des étoiles. Mais cette décision de la part de la NBA était annonciatrice d’une période trouble pour les pivots traditionnels. Lors des années qui ont suivi, les Warriors, qui jouaient souvent small ball avec Draymond Green et ses 2m01 au poste de pivot, sont devenus la meilleure équipe NBA. Et les autres franchises ont cherché à suivre leur exemple, reléguant du coup les pivots traditionnels sur le banc.

« Le jeu en est arrivé à un point où les pivots étaient inutiles pour la plupart. Et si on regarde bien, on a probablement eu un rôle là-dedans. » Draymond Green.

Mais depuis quelques temps, les pivots dominants sont revenus en force. On peut citer parmi eux Joel Embiid, Karl-Anthony Towns, Nikola Jokic voire même, dans un autre registre Al Horford. Et si jamais les Warriors retournent en Finals, ils pourraient bien pour la première fois avoir à gérer une équipe dont le poste 5 est un élément important : Embiid à Philadelphie, Horford à Boston ou encore Marc Gasol à Toronto. Mais même lors des autres tours de playoffs, les hommes de Steve Kerr pourraient se retrouver face à un intérieur de premier plan : Steven Adams, Rudy Gobert, LaMarcus Aldridge, Clint Capela, Jokic… Ça tombe bien, eux aussi se sont renforcés à ce poste avec l’arrivée de Cousins cet été.

« Un nouvel âge commence. Et je suis persuadé que les pivots vont se faire respecter à nouveau. » DeMarcus Cousins.

« Ça change un peu le plan de jeu, c’est vrai. » Draymond Green.

« C’est une des raisons pour lesquelles on a signé Andrew Bogut. » Steve Kerr.

Pour le coach des Warriors, ce ne sont pas les pivots qui ont disparu mais leur version traditionnelle. Désormais, les postes 5 doivent être beaucoup plus polyvalents.

« Les Charles Oakley, Horace Grant… Ce genre de gars a disparu. Maintenant vous jouez avec un seul grand, et ce grand, c’est le pivot. David West est devenu un pivot pour nous au final. Les ailiers forts se sont écartés derrière la ligne à trois points. » Steve Kerr.

En fait, même les pivots se sont mis à tirer de loin. Et un des premiers à avoir essayé de mettre cela en place s’appelle George Karl. Quand il entraînait les Kings en 2015, Karl avait notamment demandé à…. DeMarcus Cousins de commencer à tirer de loin. Et ça avait surpris le pivot.

« George voulait que je le fasse mais je ne savais pas trop. Je pouvais rentrer ces tirs mais je n’étais pas à l’aise. Je les prenais parfois et je me sentais bizarres pendant les matchs de prendre ces tirs de loin. Il me disait de continuer à shooter, qu’on avait besoin que je mette ces tirs. » DeMarcus Cousins.

Karl était considéré comme un précurseur (ou un fou, selon certains). Mais depuis, ce coaching et ses idées sont devenus la norme.

« Beaucoup de ces coachs old-school avaient des idées old-school. Mais cette nouvelle génération est ouverte à l’idée de faire beaucoup plus de choses avec leurs joueurs. Ça a changé la manière de voir les choses de beaucoup de pivot. » DeMarcus Cousins.

En 2012, aucun pivot n’avait marqué plus de 70 trois points. Cette saison, ils sont dix à avoir réussi cette perf.

« C’était mal vu quand George me demandait de tirer de loin. Ensuite, les mentalités ont commencé à changer. J’ai rentré quelques tirs et l’année suivante c’était mieux. L’année encore d’après, j’étais considéré comme un gars qui pouvait mettre de tirs et ensuite, beaucoup de gars ont commencé à écarter le jeu. Maintenant, pendant les échauffements, tout le monde prend des trois points. » DeMarcus Cousins.

En plus d’être capable de pouvoir tirer de loin, beaucoup de pivots sont aussi devenus capables de créer du jeu. Cette saison, Cousins tourne à 5,4 passes décisives par saison et Nikola Jokic 7,4. Il y a neuf ans, le meilleur passeur parmi les pivots était Al Horford avec ses 3,5 assists par match.

« Le niveau technique des pivots s’est beaucoup amélioré depuis cinq ans. Le jeu a évolué et nous ne sommes plus juste capables de jouer sous le panier. Le mot intérieur évolue, et il évolue vite. C’est fou de voir à quel point certains gars sont talentueux maintenant. Il y a une époque où les jeunes intérieurs arrivaient en étant qualifiés de « talent brut ». Maintenant c’est très rare. Il y a des gars comme Deandre Ayton qui arrivent et qui produisent dès leur saison rookie. Et ce n’est pas le seul : Karl-Anthony Towns par exemple aussi. » DeMarcus Cousins.

Via The Athletic.

[Interview] Evan Fournier : « J’ai les boules de ne pas y être; On a eu un rendez-vous avec Adam Silver »

Leave a Reply