Stephen Curry : « Cette rancœur ne m’a jamais quitté »

Stephen Curry : « Cette rancœur ne m’a jamais quitté »

Cela peut paraître absurde maintenant qu’il a été MVP deux fois et champion NBA trois fois, mais Stephen Curry a regardé 3 arrières en plus de James Harden se faire drafter avant lui en 2009 : Tyreke Evans, Ricky Rubio et Jonny Flynn.

« Je n’ai pas une chambre remplie de collages ou un livre où je garde des coupures de journaux, mais j’ai toujours trouvé quelque chose qui m’a motivé à chacune de mes saisons. Combien de temps ça dure ça n’a pas d’importance. Du moment que quelque chose te motive et que tu accordes de l’importance à ce que tu fais, tout va bien. » Stephen Curry

Sorti de la petite université de Davidson (qu’il a mené jusqu’à l’Elite Eight), celui qui faisait 1,65m pour 45kg à 13 ans n’a jamais perdu ce « feu intérieur » provoqué par les petites moqueries ou les critiques, toujours présentes aujourd’hui. Après tout, on l’accuse parfois d’avoir « ruiné » le basket avec ses shoots à 3-points venus d’ailleurs et son équipe de All-Stars qui pourrait cette saison jouer ces 5èmes Finale NBA consécutives.
« Cette motivation est toujours en lui. Steph a ce ‘doux feu’ en lui. Il n’en parle pas très souvent, mais tu sais que c’est toujours là. » Brandon Payne, son coach perso

« Cette rancœur ne m’a jamais quittée. Mon éthique de travail a dû devenir ma plus grande force, je cherchais toujours à trouver quelque chose à ajouter à mon jeu. Je savais qu’on allait rien me donner et ça m’a aidé à façonner ma perspective. Maintenant j’ai des attentes qui répondent à mes propres standards, mais je peux être mesquin. Je me souviens de personnes qui ont dit des choses quand j’étais au lycée ou quand je sortais de l’université avant la draft. Beaucoup de gens qui sont très écoutés, qui parlaient de mon jeu, de ce que je n’allais pas devenir, et parfois ça me poussait. Mais la motivation au quotidien maintenant vient du fait de sentir que je n’ai pas encore pleinement atteint mon potentiel. » Stephen Curry

via SF Chronicle

Leave a Reply