James Harden fait voler en éclats la défense du Jazz; D’Antoni : « Quand il est en rythme, personne n’est meilleur que lui. C’est une machine »

James Harden fait voler en éclats la défense du Jazz; D’Antoni : « Quand il est en rythme, personne n’est meilleur que lui. C’est une machine »

La plus grande interrogation avant le début de la série entre les Jazz et les Rockets était de savoir si Utah, considéré comme une des meilleures défenses de la ligue, si ce n’est la meilleure, allait pouvoir mettre en place un plan de jeu pour ralentir le meilleur scoreur de la ligue, James Harden. Pour l’instant force est de constater qu’ils n’ont pas la solution et ils ont vécu un calvaire sur les deux premiers matchs. Le MVP en titre a contrôlé la rencontre dès le coup d’envoi, faisant ce qu’il voulait de la défense du Jazz. Ces derniers, qui voulaient à tout prix le priver de son stepback lors du premier match en défendant carrément à côté de lui, se sont ajustés, en étant moins agressifs pour défendre sa main gauche. Résultat il a fait voler en éclats la défense en premier acte en attaquant le cercle, en shootant à 3-pts et en servant ses coéquipiers, ouverts. Il a planté 17 points à 5/10 dont 3/6 à 3-pts et distribué 4 passes décisives en 9’45.

« Ce premier quart était incroyable. Il a mis 17 points en premier quart. Il a découpé tout le monde. Quand il est en rythme, personne n’est meilleur que lui. C’est une machine. Il score » Mike D’Antoni

Il a mis un gros coup au moral du Jazz, sans solution. Quin Snyder veut pousser les autres joueurs à briller et à battre son équipe et c’est ce qu’ils ont fait en mettant dedans dès l’entame puisque l’équipe a rentré 6 de ses 13 tirs à 3-pts en premier quart. PJ Tucker signe un 4/7 à 3-pts, Eric Gordon un 3/6 et Austin Rivers un 2/4.

« Quand ils reculent et que James attaque le cercle, il y a des shoots ouverts. Ils essayent d’empêcher Clint de jouer. Nous avons mis nos shoots en début de rencontre et ils ont dû s’ajuster. Ils ne pouvaient pas nous laisser continuer. Nous avons mis ces shoots en début de rencontre et ça a ouvert tout le jeu. Ensuite ils étaient obligés de faire les rotations défensives, et nous avons fait circuler le ballon pour obtenir encore plus de shoots ouverts. » PJ Tucker

« Lors des premières actions, il attaque le cercle pour voir qui aide et comment ils le défendent, et ensuite il s’adapte. C’est difficile de défendre sur quelqu’un quand il peut shooter à 3-pts, mais aussi attaquer le cercle. Soit tu recules pour défendre sur ses drives, soit tu le pousses à aller conclure près du cercle. Mais il peut mettre un floater ou faire la passe. Il lit la défense et fait ce qu’il veut. Puis quand nous avons beaucoup de joueurs autour de lui qui peuvent scorer, c’est vraiment difficile de défendre sur nous. » Austin Rivers

Il a planté 25 points en première mi-temps pour permettre aux siens de mener 70-44. Il termine finalement avec 32 points à 11/24 dont 6/13 à 3-pts, 13 rebonds et 10 passes (et tout de même 8 ballons perdus) suite à une petite baisse de régime après la pause puisqu’il n’a rentré que 3 de ses 9 tentatives.

« Je ne sais pas ce que nous pourrions lui demander de plus. Parfois il se fatigue, car il est humain, mais la saison qu’il fait est incroyable. » D’Antoni

Ricky Rubio, l’homme qui s’est principalement attelé à la tâche n’abandonne pas, mais le Jazz va devoir à tout prix s’ajuster pour les deux prochains matchs à la maison.

« Il est difficile à défendre, mais je ne vais pas abandonner. C’est un des meilleurs scoreurs de l’histoire et nous allons continuer d’essayer de trouver des moyens de faire en sorte que ce soit compliqué pour lui de scorer. » Ricky Rubio

Via Houston Chronicle

Leave a Reply