Kevin Durant : « Les médias ont besoin de moi »

Kevin Durant : « Les médias ont besoin de moi »

Depuis des mois les fans et les médias spéculent sur l’avenir de Kevin Durant. L’ailier, qui a rejoint les Warriors en 2016, signe des contrats de deux ans avec une player option, et si jusque là on n’avait aucun doute sur le fait qu’il resterait à Golden State, cette fois ce n’est pas du tout le cas. Il va tout d’abord devoir prendre une décision concernant sa player option de 31.5 millions de dollars, qu’il devrait décliner, et ensuite choisir sa destination. C’est sur ce second point que les spéculations se multiplient et l’intéressé est agacé. Notamment qu’on parle à sa place.

« Les médias ont besoin de moi. Si je n’étais pas free agent, on ne parlerait pas du tout de ça non ? Il n’y aurait pas de spéculations sur ce que je suis, ce qui ne va pas au niveau de mon mental, pourquoi je suis malheureux, pourquoi je ne suis pas heureux. Rien. C’est un sujet chaud. Mais vous n’êtes pas obligés d’en parler. Puis ensuite ne soyez pas en colère quand je ne veux pas en parler. Puis ne commencez pas à cogiter dans votre petit cerveau et à vous mettre en colère parce que vous ne pouvez pas trouver les bonnes réponses. C’est du mauvais journalisme. Vous ne faites pas bien votre boulot. » KD

En 2016 sa free agency avait retenu également toute l’attention, mais surtout une fois OKC éliminé des playoffs. Cette fois il pense que c’est totalement différent de 2016.

« Je n’ai jamais connu ça avant. C’est une expérience totalement nouvelle. Je n’ai jamais eu autant de personnes qui viennent me voir et me demandent où je devrais jouer. Et il n’y a rien de mal à ça. Mais ne vous mettez pas en colère quand je n’en parle pas. Ne vous mettez pas en colère quand vous spéculez, quand dans votre tête vous pensez à quelque chose au sujet duquel je n’ai même pas parlé. » KD

Où il va jouer, il assure qu’à l’heure actuelle c’est le dernier de ses soucis.

« Je ne sais pas. Je ne sais jamais. Rien. Rien. Absolument rien. Je ne pense pas au futur bro. Pas comme ça en tout cas. Bien sûr j’y pense, mais pas genre : mettons en place ce plan, projetons-nous sur l’avenir, réfléchissons aux détails. Je ne rentre pas dans les détails pour ces trucs. Je ne veux pas que le business se mette en travers du basket. Donc au début de la saison c’était genre : cette merde n’a rien n’a voir avec moi pendant la saison. Cela n’a rien à voir avec ce que nous faisons sur le terrain. » KD

Via NBC

Leave a Reply