Russell Westbrook vit un calvaire; Damian Lillard le punit : « J’ai senti qu’il était temps d’appuyer sur l’accélérateur »

Russell Westbrook vit un calvaire; Damian Lillard le punit : « J’ai senti qu’il était temps d’appuyer sur l’accélérateur »

Depuis le début de la série entre les Blazers et le Thunder on parle beaucoup du duel entre Damian Lillard et Russell Westbrook, logique puisque c’est une des clés de la série. Jusque là Lillard avait dominé lors deux premiers matchs, avant le réveil du meneur du Thunder lors du 3ème. Et ce game 4 était parti un peu sur les bases du 3ème puisque Lillard a été en difficulté avec son shoot en première mi-temps, ratant ses 6 premières tentatives et il a fallu attendre 22’45 pour le voir réussir son premier shoot. En face Russell Westbrook a très bien entamé le match avec rapidement 2 shoots à 3-pts et 8 points en premier quart à 3/6 et 13 à la pause avec une adresse qui a toutefois un peu baissé : 5/14, mais à 2/3 à 3-pts. A ce moment-là Westbrook avait inscrit 12 de ses 13 points sur des jump shots.

Au retour des vestiaires le meneur du Thunder a continué de s’appuyer exclusivement sur son shoot, une très mauvaise idée. Il a raté ses 10 derniers shoots du match et signé un terrible 1 point à 0/7 en seconde mi-temps. C’est tout simplement sa pire mi-temps en carrière au niveau de l’adresse (0/4 jusque là). Il termine avec 14 points à 5/21, soit la 29ème fois de sa carrière qu’il rate au moins 15 shoots sur un match de playoffs, un record depuis qu’il est arrivé dans la ligue puisque le second est à 21 matchs de la sorte. Il n’a pas marqué le moindre point dans la raquette de toute la rencontre, mais il réfute l’idée que c’est parce que la défense des Blazers a fait en sorte que ce ne soit pas le cas.

« On ne m’a pas empêché d’y aller. Je suis allé dans la raquette à chaque fois que j’ai voulu, mais je veux toujours faire la bonne action. Donc quand je suis dans la raquette je trouve un joueur dans le périmètre, ou je sers Steven Adams. Mon boulot est de m’assurer que les gars reçoivent le ballon. Je n’ai pas besoin de shooter à chaque fois. Mais je suis dans la raquette tout le match et parfois ça se passe comme ça. Shooter n’est pas la seule chose que je peux faire pour m’assurer que je pèse sur le défense. » Westbrook

« Il faut prendre ce que la défense vous donne. Je pense que durant sa carrière, Russell a été très bon sur ce spot. S’il avait forcé pour aller dans la raquette, vous auriez dit ‘Pourquoi est-ce qu’il ne prend pas ce pull-up ?’ J’ai trouvé que lorsqu’il mettait ce shot, ça créait plus d’opportunités d’attaquer le cercle. »

La stratégie de Portland était claire, laisser shooter Westbrook. Quand Al-Farouq Aminu est entré en jeu en milieu de dernier quart, l’assistant des Blazers David Vanterpool lui a lancé : « N’aide pas sur Russ, laisse-le shooter »

Puis plus tard lorsqu’Enes Kanter s’est retrouvé face au meneur, on a entendu le banc des Blazers crier :

« Recule ! Recule ! Recule ! »

Le meneur a alors shooté et a raté une énième tentative.

« Les jump shots à mi-distance c’est son shoot. Quelquefois il prend ces pull-up à 3-pts et ce sont des shoots que nous laissons disponibles. Et nous vivons avec le résultat. » Damian Lillard

Stratégie valable pour toute l’équipe puisque OKC est une des plus mauvaises équipes de la ligue au shoot. Cette nuit ils ont bien rentré 15 de leurs 40 tentatives de loin, mais terminent le match avec un très petit 37.5%.

« Nous jouons sur les tendances des joueurs. Je pense que nous avons été bons pour forcer les gars à aller sur des spots où ils devaient prendre des jump shoots. » Lillard

Alors que Westbrook était en plein cauchemar en seconde mi-temps, cela a coïncidé avec le réveil brutal de Damian Lillard. Au retour des vestiaires il a contribué à un 13-3 qui a permis aux Blazers de s’envoler et de mener 68-54. Il a inscrit 15 de ses 24 points dans le quart à 5/7 dont 3/3 à 3-pts après avoir débuté par un 2/8 dont un 1/5 à 3-pts.

« Je ne mettais pas de shoots, mais je trouvais que notre exécution était très bonne quand nous ne perdions pas le ballon. Notre défense était solide, donc je n’ai pas ressenti le besoin d’être trop agressif en première mi-temps au vu de la façon dont se déroulait le match. Mais dans le 3ème quart j’ai senti qu’il était temps d’appuyer sur l’accélérateur. Nous n’avons pas très bien joué en première mi-temps et ils mettaient des shoots, forçaient des ballons perdus, mais nous étions quand même devant. Nous sommes ressortis du vestiaire en nous disant ‘Haussons le ton, soyons plus agressifs en attaque, continuons de nous faire confiance, et resserrons notre défense.’ Nous l’avons fait et j’ai pu me mettre dans le rythme en attaque. »

Via Blazers.com et ESPN

Leave a Reply