Andrew Bogut, le puits de connaissance bon marché des Warriors

Andrew Bogut, le puits de connaissance bon marché des Warriors

De retour à Golden State après un premier passage de 4 ans entre 2012 et 2016, Andrew Bogut n’a eu aucun mal à se fondre dans l’équipe avec qui il avait remporté une bague en 2015. Au-delà de son apport sur le terrain (5.5 points à 66.7%, 8.5 rebonds et 3 passes en 4 matchs et 16.3 minutes de moyenne dans ces playoffs), l’Australien de 34 ans et 2,13m est aussi un excellent professeur. En l’observant attentivement sur le banc, on peut le voir constamment en train d’éclaircir certains points auprès de ses coéquipiers pendant que le jeu se déroule.

« Bogut est brillant. C’est un don du ciel. Il nous a dessiné un système et on a essayé. Ça correspondait parfaitement par rapport à la défense à laquelle nous faisions face. » Steve Kerr

« C’est un joueur intelligent. Bien sûr le fait de connaître le système aide, mais je pense qu’il pourrait jouer comme ça n’importe où. Il dirige l’attaque quand il le faut, va au rebond, est bien placé. Il parle, il apporte son énergie… » Kevin Durant

Pourtant, Bogut, payé $486,892 pour cette fin de saison avec les Warriors, est bien différent d’il y a 3 ans selon son coach.

« Avoir deux enfants a totalement changé sa vie. Il n’est plus cynique, et il est tout aussi intelligent, sage et fun. Ça a toujours été un super gars. » Steve Kerr

« Si tu perds ou que tu joues mal, tu rentres chez toi près de tes deux enfants qui n’en ont rien à carrer, donc c’est quelque chose d’assez cool. Tu peux rentrer de n’importe quoi, quand un de tes enfants se fait dessus, tu dois changer la couche et tu oublies toutes les mauvaises choses qui t’arrivent. » Andrew Bogut

Le fait de jouer en NBL (ligue australienne de basket) a aussi apporté une perspective différente au n°1 de la draft 2005.

« Ça me permet d’apprécier davantage la situation dans laquelle je suis. La dernière fois que j’étais là, avec la pression et le stress du moment, je n’ai probablement pas apprécié autant que j’aurais dû. » Andrew Bogut

Le fameux système cité par Kerr ? Le « blast play » : les arrières se croisent pendant la pose d’écrans « pindown« .

« C’est comme la façon de défendre d’Utah sur James Harden, avec le ballon mais sans le ballon. Les Clippers défendent sur Steph (Curry) et Klay (Thompson) dos à la ligne médiane, pour les faire aller vers le panier, c’est un peu du jamais vu de faire ça des deux côtés. » Andrew Bogut

Le but ? Empêcher l’approche « top locking « (technique dans laquelle un défenseur se plante entre son homme et l’écran pour provoquer un cut derrière) des Clippers.

Malheureusement pour le moment ça n’a pas fonctionné (Kevin Durant a tout de même rentré un tir dans le Game 4 avec cette stratégie). On essaie de faire en sorte que les gars l’exécutent bien. On le faisait un peu à Sydney et avec la façon dont les Clippers jouent, cela devrait libérer ce top lock, mais ils font des choses complètement folles sur le terrain donc ça n’a pas fonctionné autant que j’aurais voulu pour le moment. » Andrew Bogut

« C’est un super système. Il est très intelligent et tout le monde respecte son opinion. Peu de joueurs peuvent arriver et faire ça, mais Bogues a l’expérience et tout le monde respecte son QI basket. Seul Bogues peut faire ça. » Kevon Looney

via The Athletic

Leave a Reply