DeMar DeRozan : « Je vous l’avais dit »

DeMar DeRozan : « Je vous l’avais dit »

Les Spurs et Gregg Popovich n’étaient pas pour la première fois de leur carrière dos au mur, et lors du speech d’avant-match, Pop était très détendu, que ce soit avec la presse ou ses joueurs.

« Il a toujours un certain calme. Ça déteint sur nous. Nous savions ce que nous avions à faire ce soir. Il n’y avait pas grand-chose à dire. » DeMar DeRozan

L’atmosphère était détendue malgré un très très gros enjeu. Jakob Poeltl, qui a vécu ce genre de matchs avec les Raptors, a vu la différence.

« C’est un peu plus relax. Cela se voit que beaucoup de personnes dans cette salle ont connu ça par le passé. » Poeltl

Les Texans n’avaient pas besoin de pression supplémentaire, au courant de l’enjeu et de ce qu’ils devaient faire pour ne pas partir en vacances dès cette nuit.

« Personne ne voulait que cela se termine. Nous savions ce que nous avions à faire. » DeMar DeRozan

« C’était gagner ou mourir pour nous. Nous n’étions pas prêts à partir en vacances. Nous devions entamer la rencontre en donnant le premier coup. » Rudy Gay

Ils ont très bien démarré la rencontre, mais ça avait été aussi le cas lors du Game 2 et du Game 4, mais à chaque fois Denver était revenu et avait mis KO les hommes de Gregg Popovich. Le scénario a semblé se répéter puisqu’après avoir pris dix points d’avance en premier quart, ils se sont retrouvés menés de 3 à moins de 4 minutes de la pause, incapables de ralentir Nikola Jokic et ses acolytes. Mais cette fois ils ont tenu bon.

« Ils ont été très bons pour nous donner un coup et s’envoler. Nous avons essayé de tenir le coup et nous avions conscience que peu importe ce qu’ils faisaient, nous devions nous mettre à leur niveau, être plus agressifs, comprendre que nous devions garder notre rythme, être agressifs des deux côtés du terrain, et c’est ce que nous avons fait. » DeMar DeRozan

En plus d’un excellent duo DeMar DeRozan (25 points à 12/16) – LaMarcus Aldridge (26 points à 10/18), les Spurs ont enfin pu compter sur leur banc, aux abonnés absents lors des deux dernières défaites. Rudy Gay a enfin sorti la tête de l’eau avec 19 points à 7/11 dont 3/3 à 3-pts, dont 2 tirs à 3-pts dans le corner qui ont permis aux Spurs de résister au gros second quart des Nuggets et de les empêcher de prendre les commandes à la mi-temps. Puis en seconde mi-temps et en début de dernier acte, des joueurs comme Marco Belinelli et Patty Mills y sont allés de leur action importante pour permettre aux Spurs de faire le break. Gregg Popovich attendait la réaction de son banc et il n’a pas déçu.

« Beaucoup de joueurs ont apporté leur pierre à l’édifice ce soir. Beaucoup des joueurs qui sont entrés en jeu ont fait un bon match. C’est le cas régulièrement pour les Nuggets. Ce soir c’était notre cas. »  Gregg Popovich

« Je vous l’avais dit. Nous avions tous cette confiance, pas juste en Rudy, mais tout le monde. » DeRozan

Incapables de ralentir Nikola Jokic (43 points), ils ont frappé lorsqu’il est sorti du terrain, et Denver a été sans réponse au terrible run texan, qui a fait passer l’écart à 20 points en un clin d’œil.

« Il a été excellent ce soir, il a fait son truc, c’est certain. Mais je pense que nous avons répondu avec un effort collectif avec beaucoup de gars qui sont entrés en jeu et ont mis des points importants, ont contribué de différentes manières. » Jakob Poeltl

Je n’ai cessé de dire à nos gars que nous n’allions pas les endormir. Ils n’allaient pas partir en vacances de leur propre chef. » Mike Malone

Désormais le plus dur est à venir pour les Spurs, qui vont devoir jouer un Game 7 à Denver samedi soir.

« Il est l’heure pour nous désormais d’aller à l’extérieur et de conclure cette série. » DeRozan

Via ESPN et San Antonio Express News

Leave a Reply