Lésés lors des dernières finales de conférence face aux Warriors, les Rockets auraient soumis tout un dossier à la NBA

Lésés lors des dernières finales de conférence face aux Warriors, les Rockets auraient soumis tout un dossier à la NBA

À peine la série entre les Rockets et les Warriors entamée, il y a déjà une polémique concernant l’arbitrage et notamment la défense des Warriors sur James Harden et plus précisément ses shoots. À plusieurs reprises, notamment Klay Thompson, il y a eu contact entre le barbu et le défenseur et chaque camp a sa position : Pour les Warriors c’est parce que le barbu avance sur ses shoots et pour les Rockets, ce sont les défenseurs qui viennent dans son cylindre. Chaque coup de sifflet ou absence de coup de sifflet a été contesté par les deux équipes et la frustration a fini par coûter plusieurs fautes techniques aux Texans.

Pour les Rockets, qui ont étudié ces situations sur les shoots à 3-pts pendant la rencontre, 8 auraient dû donner des lancers-francs à leurs joueurs, soit 24 au total. À la pause Mike D’Antoni rapporte que les arbitres lui ont confié qu’ils avaient manqué 4 tels coups de sifflet.

Mais cette frustration, si on en croit The Athletic, n’est pas seulement la conséquence des décisions arbitrales lors de ce match, mais remonte bien plus loin dans le temps, aux dernières finales de conférence Ouest. C’est à partir de ce moment-là que les Texans auraient fait des recherches approfondies sur les Warriors pour monter tout un dossier afin de prouver que les champions en titre sont avantagés par l’arbitrage. Ils se seraient notamment appuyés sur les rapports d’arbitrage que la ligue fait sur les 48 minutes de chaque rencontre, et pas uniquement sur les 2 dernières minutes, rapports rendus publics. Toutefois ces rapports ne sont pas donnés par la NBA aux équipes qui ne sont pas concernées, mais les Texans auraient mis la main sur ceux des Warriors afin de les éplucher.

Concernant les finales de conférence, les erreurs d’arbitrage (pointées du doigt par la NBA, pas par les Rockets) auraient généré un déficit d’au moins 10 points contre les Rockets (en faisait le différentiel entre les points potentiels qu’auraient dû obtenir les deux équipes) lors de 6 des 7 matchs (tout petit avantage lors du Game 2). Et au total, sur la série, les Texans auraient été lésés potentiellement de 93 points par rapport aux Warriors. Le pire aurait été dans le Game 7 où ils auraient pu bénéficier de 18 points de plus, avec notamment plusieurs shoots à 3-pts de leur terrible série de 27 échecs qui auraient dû leur donner des lancers.

Dans ce dossier, remis à la ligue les Rockets auraient aussi pointé du doigt le fait que les arbitres les plus expérimentés avaient tendance, au contraire des jeunes, à ne pas sanctionner les défenseurs qui enfreignent la règle « Zaza Pachulia », instaurée en septembre 2017 suite aux mauvais gestes du pivot géorgien sur Kawhi Leonard. L’ancien Warrior avait pris l’habitude de laisser traîner ses pieds sous le Spur lorsqu’il shootaitden. Rappelons qu’un joueur qui saute comme ça dans le cylindre du shooteur peut écoper d’une faute flagrante ou d’une faute technique. Cette théorie se serait vérifiée hier soir selon les Texans puisque les trois arbitres avaient 16, 19 et 9 ans d’expérience en NBA.

On n’en a clairement pas fini avec cette polémique sur l’arbitrage dans cette série et le rapport des deux dernières minutes va être très attendu.

 

Leave a Reply