James Harden : « C’est pour ça que je suis là, c’est mon métier »; Steve Kerr : « On aurait volé le match si on avait gagné »

James Harden : « C’est pour ça que je suis là, c’est mon métier »; Steve Kerr : « On aurait volé le match si on avait gagné »

Il restait moins d’une minute à jouer dans le Game 3 au Toyota Center quand James Harden a donné un coup de massue sur la tête des Warriors. Step-back face à Ande Iguodala, nothing but net. Houston 124, Golden State 118, 49 secondes au chrono. Kevin Durant a obtenu et réussi 3 lancers-francs après un temps-mort mais Harden a sonné le glas à 26.1 secondes, cette fois sur un floater (que les Warriors ont jugé comme étant plutôt un passage en force).

« (Sur son état d’esprit dans la dernière minute du match) Je voulais clore le match. C’est pour ça que je suis là. C’est mon métier. Shoots ratés, shoots réussis, prendre mes shoots. C’est tout. » James Harden

Et les yeux ?

« Je vois ! J’avais du mal à bien voir ces derniers jours mais on a de super médecins, ils m’ont aidé tous les jours à faire les choses nécessaires pour bien me préparer pour le match d’aujourd’hui et je les remercie. » James Harden

La série est donc désormais à 2-1 toujours en faveur des Warriors, avant le Game 4 qui se jouera à nouveau dans le Texas, lundi.

« Tout le monde connaît la stat : personne n’est jamais revenu d’un 3-0. La victoire était obligatoire pour nous. Comme tous les matchs. C’est comme ça qu’on doit raisonner, comme ça qu’on doit jouer chaque possession, tout le match. » P.J. Tucker, 7 points, 12 rebonds, 3 passes et 2 contres

Pour la 3ème fois de la série, les Warriors ont réussi à prendre 9 points d’avance dans le 1er quart, mais porté par la réussite d’Eric Gordon (30 points – record en carrière en playoffs – à 7/14 à 3-points) alors qu’Harden a démarré doucement (2/9), Houston (en tête de jusqu’à 13 points) a dominé le 2ème 33-23 et menait 58-49 à la mi-temps. L’avantage n’a ensuite plus changé de camp jusqu’au 4ème quart : Kevin Durant (46 points dont 29 en seconde mi-temps) a refait passer les siens devant 94-93 sur un 3-points après moins de 2 minutes de jeu et au terme d’un 10-0 personnel.

« Il y a eu beaucoup de rebondissements et de retournements de situations, des hauts et des bas. Même quand tu résistes à leur pluie de tirs et que tu fais tout correctement, ils scorent quand même. Mais il faut s’accrocher, continuer à jouer. Ce soir, on a fait preuve de beaucoup de caractère, on s’est battu, on ne pouvait pas abandonner. » Mike D’Antoni
Mais au retour de Tucker sur le terrain (jusque-là sur le banc avec 4 fautes), le double MVP des Finales s’est refroidi. Cela ne l’a pas empêché de trouver Klay Thompson (pour revenir à 108-107 à 3’49 alors qu’Austin Rivers avait donné 4 points d’avance aux siens à 3-points à un peu plus de 5 minutes) puis Andre Iguodala (pour passer devant 112-110 à 45.9 secondes de la fin après 4 lancers signés Thompson et Paul) à 3-points pour maintenir les siens.
« Ils ont joué comme une équipe menée 2-0. Ils savaient qu’ils devaient gagner ce match. On a été correct, on a eu nos moments, quelques brillants passages individuels, mais on doit mieux jouer que ça. On a eu nos chances et soyons honnêtes, on aurait volé le match si on avait gagné. Ils ont été meilleurs que nous. Ils ont pris 20 rebonds de plus. Ils étaient plus physiques, plus agressifs, et ce dès le début. » Steve Kerr
Harden a obtenu la faute de Curry et assuré les 2 lancers derrière, Durant a manqué un pull-up à 19.2 secondes derrière puis Thompson a été héroïque en défense sur Paul, provoquant un entre-deux juste avant le buzzer et donc la prolongation (Houston a récupéré le ballon mais la sonnerie a retenti). Le match a définitivement basculé en faveur des Rockets (layup de Tucker pour le +3) à 2 minutes de la fin de l’OT, puis une minute plus tard, Harden a planté son fameux step-back.
« On doit se battre. Si tu veux les battre, tu dois te battre jusqu’à la dernière seconde. » P.J. Tucker

via Houston Chronicle

Leave a Reply