Draymond Green : « J’ai réalisé que j’en étais arrivé à un stade où je passais plus de temps à pleurer qu’à jouer »

Draymond Green : « J’ai réalisé que j’en étais arrivé à un stade où je passais plus de temps à pleurer qu’à jouer »

Lors d’un premier tour assez frustrant pour les Warriors face aux Clippers, Draymond Green a multiplié les fautes techniques, s’approchant rapidement de la limite de 7, synonyme de suspension, avec 3 (il en a pris en réalité 4 mais une a été annulée). Mais depuis quelques matchs il a adopté une nouvelle attitude et concentre mieux son énergie sur autre chose qu’à discuter avec les arbitres ou râler. Il la canalise pour l’utiliser dans le jeu et il aligne les grosses performances.

« Je pense que ça aide vraiment l’énergie des gars. Je continue de choisir quand leur parler (aux arbitres). Quelquefois je prends peut-être une technique, mais je fais ça plus consciemment. Je me dis ‘d’accord, j’ai besoin d’un boost d’énergie, peut-être que je vais en prendre une.’ Mais quelquefois ça sort comme ça, je n’y pense pas et je prends une technique, et là ça tue l’énergie de notre équipe. Je suis vraiment concentré sur ça et j’ai réalisé que j’en étais arrivé à un stade où je passais plus de temps à pleurer qu’à jouer. » Green

Il crédite sa mère Mary Babers-Green et sa fiancée Hazel Renee pour ce changement. Elles l’ont aidé à concentrer son énergie ailleurs sur le terrain qu’à palabrer ou gueuler après les arbitres, et ça fonctionne très bien.

« Je comprends que les arbitres ne sont pas parfaits et j’ai toujours des discussions avec eux lorsqu’ils manquent un coup de sifflet, mais ces discussions sont totalement différentes. Vous savez, ma mère m’aide énormément. Ma fiancée aussi en me parlant de ça et en me disant de rester concentré sur le jeu. J’ai aussi des petits qui à la maison aiment me voir jouer. Donc je ne veux pas qu’ils voient ça. Donc j’essaye d’être plus réfléchi. » Green

Pour le plus grand plaisir de Steve Kerr

« Il joue avec force. Il joue avec discipline, il joue sous contrôle. Il ne laisse rien le perturber, les arbitres, les mauvais shoots, les ballons perdus, il passe juste à l’action suivante. De ce point de vue il n’a jamais été aussi bon. » Kerr

Il est également plus apaisé avec ses coéquipiers, à l’image de sa réaction au dunk raté de Jordan Bell

« Je savais qu’il n’allait pas m’engueuler ou un truc du genre. Il m’a dit que tout le monde manquait des dunks, qu’il ne fallait pas s’en inquiéter, que le mien était ouvert, mais qu’il fallait que je reste concentré sur le jeu parce que j’allais avoir une autre chance. J’étais abattu, mais il m’a redonné le moral. » Bell

Leave a Reply