Giannis Antetokounmpo : « Je ne regarde pas ce que disent les gens sur notre équipe, mais ils vont dire que nous avons une chance de remporter le titre »

Giannis Antetokounmpo : « Je ne regarde pas ce que disent les gens sur notre équipe, mais ils vont dire que nous avons une chance de remporter le titre »

Après avoir été éliminés au premier tour des playoffs l’année passée, les Bucks ont profité de l’arrivée de Mike Budenholzer pour passer un cap et cette saison, ils font peur à tout le monde. Meilleur bilan de la NBA, ils n’ont perdu qu’un match lors des deux premiers tours de playoffs et ont remporté leurs deux premières rencontres de finale de conférence face aux Raptors. Largement de quoi les considérer plus que jamais comme un candidat très très sérieux pour le titre cette année, mais aussi les suivantes.

« Je ne regarde pas vraiment ce que disent les gens sur notre équipe, mais ils vont dire que nous avons une chance. Nous jouons bien. Nous avons un groupe spécial et nous le savons. » Giannis Antetokounmpo.

Depuis l’arrivée de Kevin Durant, les Warriors n’ont été vraiment mis en difficulté qu’une seule fois : contre les Rockets l’année dernière. Mais les hommes de Steve Kerr ont finalement réussi à s’en sortir et à remporter le titre. Cette saison, les Texans n’ont pas réussi à réitérer leur exploit et les Warriors qui mènent leur série face aux Blazers 3 à 0, ont déjà un pied en Finals. Les Bucks, eux aussi très bien placés pour se qualifier, comptent bien faire encore mieux que la franchise de James Harden et faire les champions en titre si jamais les deux équipes s’affrontaient en Finals.

« Nous sommes vraiment bons cette année. C’est spécial. Honnêtement, je ne pense pas que tout le monde dans l’équipe réalise à quel point c’est spécial, à quel point nous sommes bons. Mais je pense que nous le réaliserons une fois que ce sera terminé. » Malcolm Brogdon.

Même si beaucoup de monde voyait les Bucks progresser par rapport à l’année dernière, peu les imaginaient devenir l’épouvantail de la conférence Est dès cette saison. Mais la présence de Giannis Antetokounmpo et la complémentarité du roster qui l’entoure, exploité au maximum par Budenholzer, ont fait des miracles.

« Personne ne nous imaginait favoris. On savait qu’on allait être fort, mais pas autant que ça. Le plus important avec l’arrivée de Bud, c’est qu’il a donné confiance à tout le monde. Et en plus, nous avons un super groupe et chacun veut voir les autres réussir, pas seulement soi-même. C’est très rare dans cette ligue. Nous avons un groupe de joueurs talentueux et pourtant on veut que les autres soient performants. C’est le plus important pour moi. »a Eric Bledsoe.

Tout ce succès, les Bucks le doivent en partie à John Hammond, leur ancien General Manager qui officie désormais du côté d’Orlando. Ce dernier a patiemment construit un roster composé de freaks, tous plus grands, longs et athlétiques les uns que les autres et taillés pour contrer le small ball de plus en plus présent dans la ligue. Au début, les résultats étaient mitigés, mais l’explosion de Giannis Antetokounmpo a facilité les choses et permis de sortir la franchise du Wisconsin des bas-fonds de la NBA.

« Je suis plus que chanceux d’avoir Giannis. Il est incroyable et en plus tu te dis ‘Wow, je pense qu’il peut être encore meilleur.’ Ce qui est super chez Giannis c’est qu’il veut être meilleur. Et nous le coachons, nous sommes sur son dos et nous pensons qu’il peut faire plus, et il est une éponge. C’est tellement unique d’avoir un joueur comme ça, qui veut être excellent, et tu as le sentiment qu’il a encore plus dans le ventre, alors qu’il est déjà phénoménal. C’est excitant pour l’avenir. » Mike Budenholzer

« Je ne peux pas dire que la progression de la franchise lors des dernières années était frustrante. Nous n’étions juste pas assez bons. Nous avons travaillé. Il y a eu des années décevantes et des soirées décevantes, mais nous avons travaillé pour être meilleurs. On savait qu’on devait s’améliorer pour aller où on le voulait. » Khris Middleton.

La dernière apparition des Bucks en Finals date d’il y a 45 ans. Le dernier titre ? 48 ans. De quoi donner encore plus envie aux joueurs de tout gagner.

« Tout le monde a faim. Dans cette équipe, personne n’a été un lottery pick. Beaucoup d’entre nous étaient des seconds tours, des gars qui ont de la motivation, qui sont sortis de nulle part. C’est une opportunité et j’espère qu’on pourra en tirer quelque chose. Nous n’avons pas terminé le boulot. Une fois cette série terminée, on pourra penser au fait que tout ça est génial, mais pour le moment, on doit rester humble, affamé et essayer de ne pas prêter attention à ce qu’on voit dans les médias. » Giannis Antetokoumpo.

Via The Athletic.

Leave a Reply