Josh Hart critique les choix faits la saison passée par les Lakers et annonce la couleur : « Si on drafte un arrière, je vais lui botter le cul »

Josh Hart critique les choix faits la saison passée par les Lakers et annonce la couleur : « Si on drafte un arrière, je vais lui botter le cul »

Les Lakers ont surpris pas mal de monde l’été dernier en recrutant des playmakers plutôt que des shooteurs pour entourer LeBron James. Finalement, cette décision était bien assez peu inspirée puisque la mythique franchise de Los Angeles n’a pas fait les playoffs et même les joueurs encore sous contrat ne se privent pas pour critiquer les choix du duo Magic Johnson/Rob Pelinka.

« Je comprends le concept sur lequel notre équipe a été construite, mais l’alchimie était très différente parce qu’il y avait beaucoup de gars qui avaient besoin d’avoir la balle dans les mains. Il y avait Lonzo Ball, Rajon Rondo, Lance Stephenson, LeBron James… On sait tous que Bron va avoir la balle et jouer 30, 35 minutes, mais si en plus les autres gars sont sur le terrain, il n’y a pas beaucoup de spacing. Donc c’était bizarre parce qu’on avait beaucoup de création, mais pas assez d’actions à créer. » Josh Hart.

Cette situation a forcé Hart à jouer dans un rôle de spot-up shooteur qu’il n’apprécie pas et pour lequel il ne s’était pas préparé.

« Je voulais avoir plus de liberté et ils étaient d’accord. La première semaine, j’ai très bien joué. Et ensuite ils m’ont dit « OK, on a réfléchi et je sais que tu as travaillé sur le fait d’avoir la balle dans les mains, mais on va avoir besoin que tu sois un shooteur. » J’étais un peu surpris. Je sais que je ne vais pas marquer 25 points par match, mais j’avais travaillé très dur pour être performant et on me dit de changer de rôle. Au milieu de la saison ! J’étais un chien affamé et on m’a mis une laisse. On ne peut pas demander à un combo-guard de se transformer en Kyle Korver au milieu de la saison. C’était le plus important pour moi l’année passée, je me suis entrainé pour le rôle que je pensais avoir, mais ensuite LeBron est arrivé. Et c’est comme si le travail que j’avais fait cet été ne servait plus à rien. J’ai travaillé en me disant que j’allais avoir un rôle de playmaker, que j’allais prendre des décisions balle en main, mais au lieu de ça j’étais juste un shooteur.  » Josh Hart.

L’arrière, drafté en 30ème position en 2017, ne veut pas que ce genre de scénarios se reproduise.

« On vient d’avoir un nouveau coach Frank Vogel, je suis allé lui parler et je vais lui reparler, lui demander quel sera mon rôle d’après lui. Parce qu’au final, ce que vous faites pendant vos workouts l’été n’a pas d’importance. Vous pouvez être affamé, travailler tout l’été, mais on vous met dans un rôle différent du genre : « Va dans le corner et rentre tes tirs » comme si ce que vous avez fait tout l’été ne servait à rien et que vous ne pouvez pas le montrer, c’est frustrant. Donc vraiment, il faut travailler sur ce que vous pensez être votre rôle la saison suivante. » Josh Hart.

Josh Hart en a aussi profité pour envoyer ce qui ressemble à une pique à Vogel. Ce dernier a déclaré lors de son introduction en tant que nouveau coach qu’il voulait se baser sur les analytics pour construire la meilleure équipe possible. Sauf que Hart ne l’entend pas de cette oreille, et on imagine déjà que la tâche de Vogel risque d’être assez compliquée.

« Vous êtes en train de me dire que des gars qui n’ont jamais joué par le passé, qui voient les choses seulement à travers les analytics et autres conneries du genre vont essayer de nous dire quoi faire alors qu’on s’est entrainé toute notre vie ? Nous sommes des adultes, on est des professionnels et on se donne à fond. Et vous me dites que ces gars de 45 ans, incapables de faire du sport, vont me dire comment jouer au basket ? » Josh Hart.

À noter que Vogel a justement 45 ans et que c’est justement sa capacité à manier les statistiques analytiques qui lui a permis d’être coach, plus en tout cas que ses deux saisons en division III en NCAA…

Décidé à ne pas s’arrêter en aussi bon chemin, Hart a également tenu à prévenir le futur rookie qui débarquera à Los Angeles avec le quatrième choix de draft.

« Si on drafte un arrière, je vais lui prendre sa place, lui botter le cul. » Josh Hart.

L’année des Lakers commence déjà très très bien… Hart tournait la saison passée à 7,8 points, 3,7 rebonds et 1,4 passes décisives par match.

Via No Chill Podcast

1 Comment

  1. Il est mignon Josh Hart mais déjà joue bien défend tes la pour ça et shoot si tu veu specing LeBron peu pas crée le jeu et en plus vous apprendre à shooter

Leave a Reply