Anatomie d’un incroyable run : « C’est comme ça que tu marques l’histoire » 

Anatomie d’un incroyable run : « C’est comme ça que tu marques l’histoire » 

A 2’18 de la fin du 3ème acte, après deux lancers-francs réussis par Ersan Ilyasova, on imaginait déjà un Game 7 à Milwaukee puisque les Bucks menaient de 15 points, 76-61. Mais une tempête s’est abattue sur les hommes de Mike Budenholzer avec un terrible run, un 26-3 ! Durant ce run, Kawhi Leonard, qui n’a jamais été un leader vocal, a pris la parole lors d’un temps mort.

« C’est pour ça que vous jouez au basket, pour ces moments. La chose sur laquelle Kawhi a vraiment insisté c’était de prendre du plaisir, de rester unis, que ça allait pour nous. Il ne faut pas trop s’enflammer, seulement apprécier le moment, continuer d’aller sur le terrain et de tout donner. C’était une sensation incroyable de pouvoir batailler et de s’en sortir. C’est comme ça que tu marques l’histoire. » Norman Powell

Comme souvent, ce run il a commencé lorsque Giannis Antetokounmpo est allé sur le banc. Dans cette série les Raptors ont très régulièrement tiré profit de ces moments, et il fallait de nouveau le faire. Si Nick Nurse aurait pu aussi choisir ce moment pour mettre sa superstar Kawhi Leonard sur le banc pour les 2 dernières minutes du quart, il a jugé qu’il était plus important de tirer avantage de l’absence du Grec pour relancer totalement le match et revenir. Les deux dernières minutes du 3ème ont été un festival de Kawhi, auteur de 8 points, partout sur le terrain, obligeant Mike Budenholzer à remettre Giannis en jeu très rapidement, en vain. A la fin du 3ème et après un 10-0, les Canadiens n’étaient plus qu’à 5 points.

« Il a déjà connu ça. Il est très à l’aise dans ces situations. Quand le moment est encore plus important, il élève son niveau de jeu et il sait à quel point c’est important. Il fait de grosses actions, que ce soit mettre des shoots ou prendre des rebonds. » Danny Green

« Je parle souvent de son calme et de sa capacité à faire de grosses actions. Ce soir il a semblé nous inspirer avec quelques rebonds monstrueux, où il est sorti de nulle part. Il volait sur le terrain. Il a pris des rebonds qui font gagner un match, et ça a été une des clés. Vous étiez au match et vous avez vu que cela ne se passait pas très bien. C’était une soirée frustrante. Nous étions un peu frustrés en première mi-temps, mais à la pause nous nous sommes regroupés et nous avons parlé du fait qu’il fallait juste continuer de jouer. Personne n’allait rien nous donner. Il fallait aller le chercher par nos propres moyens. Je pense que nous avons fait du très bon boulot en seconde mi-temps, même si nous avons eu jusqu’à 15 points de retard. Nous avons continué de jouer. » Nick Nurse

Il a finalement rejoint le banc et Nurse a fait confiance à sa second unit, menée par Pascal Siakam et Kyle Lowry, et avec Serge Ibaka, Norman Powell et surtout Fred VanVleet. Pour les Canadiens, pas toujours à leur avantage sans leur superstar, l’objectif était au moins de conserver l’écart, mais le run s’est poursuivi. VanVleet, transformé depuis le Game 4, a pris les choses en main sur 6 possessions capitales. Il a réduit l’écart à 3 points sur un layup, puis Powell derrière l’arc a mis les siens à 2 points et finalement Serge Ibaka a égalisé sur un dunk.

« Quand Kawhi est sur le terrain, nous nous en remettons à lui pour faire ce qu’il veut. Donc dans ces conditions il faut prendre un peu plus l’initiative à la création. Quand tu es sur le terrain, tu veux que tout se passe bien au niveau du score. En tant que joueur tu es conscient de ça, mais pas au point où cela affecte tes décisions, mais tu veux sentir la dynamique changer. Pouvoir trouver une dynamique en attaque à ce moment-là, ça a été énorme. » VanVleet

Les Raptors ont passé un 9-2 en l’absence de Kawhi et au retour en jeu de ce dernier avec 8’30 à jouer, Toronto menait 80-78. Mais le run ne s’est pas arrêté là avec un 3ème et dernier acte marqué par un shoot à 3-pts de VanVleet, et surtout cette action qui a assommé encore un peu plus les Bucks

« C’est en quelque sorte un moment où nous nous sommes emparés du momentum. Nous étions sur un run, alors pourquoi ne pas nourrir le grand chef ? Laissons le manger. Je recherche toujours ce gars, car je sais qu’il est un des meilleurs finisseurs. C’est ce qu’il a fait. Il a conclu l’action de la meilleure des manières. » Kyle Lowry

« C’était super. Comme l’a dit Kyle, nous étions sur un run, et la salle a explosé après ce dunk. Cela nous a donné un peu plus d’adrénaline afin de faire un stop de plus. Je joue avec lui depuis un moment désormais, et c’est juste de l’alchimie. Je sais comment courir avec lui. S’il n’a rien de facile qui se présente, il va faire la bonne action. » Kawhi Leonard

Cela a conclu ce terrible 26-3 qui a permis à Toronto de mener 87-79 avec 6’46 à jouer.

Durant ce run les Canadiens ont joué à merveille des deux côtés du terrain, donnant un aperçu de la machine qu’ils peuvent être quand tout fonctionne.

« Notre communication, nos schémas, nos switchs en défense, nos blitz, nos rotations, nos contestations des shoots, ce sont des choses sur lesquelles nous avons progressé depuis le début des playoffs. L’autre truc c’est qu’il y a des moments, des séquences où nous enchaînons des stops et où il est très difficile de ne serait-ce que faire une passe face à notre défense. Cela use une équipe quand vous leur rentrez dedans, contestez tout, et que tout le monde est connecté et joue si dur. » Nick Nurse

Milwaukee a fini par réagir et est revenu à une possession dans le money time, mais sans jamais pouvoir passer devant, Toronto captant à chaque fois le rebond nécessaire pour résister ou trouvant la solution au bon moment.

1 Comment

Leave a Reply