Andre Iguodala : « Je suis usé, je suis vieux, mais ma carrière est presque finie de toute façon, donc je m’en fous »

Andre Iguodala : « Je suis usé, je suis vieux, mais ma carrière est presque finie de toute façon, donc je m’en fous »

Andre Iguodala est très important dans le succès des Warriors et, vu son âge, les champions en titre font particulièrement attention à sa santé. D’un côté, cela a bien marché puisque l’ancien Sixer a réussi un début de playoffs impressionnant. Mais Iguodala a dû manquer le dernier match de son équipe à cause d’une blessure au mollet. Heureusement pour les hommes de Steve Kerr, leur sweep leur ont permis de décrocher pas mal de repos (neuf jours) et de recharger les batteries pour la Finals.

« Le repos a fait du bien, mais c’était bizarre. On voulait se relaxer et apprécier le fait d’être en congé, mais il faut aussi faire attention à tous les matchs et avoir conscience de ce qu’il se passe. Mais vous êtes toujours tendu, nerveux, parce que la saison n’est pas finie. Les humains doivent gérer ce genre choses. Mais vu que nous sommes des athlètes surentrainés, les spectateurs oublient ça et s’en fichent. » Andre Iguodala.

Mais ce repos a quand même pas mal de bons côtés, il permet notamment aux Warriors de soigner les diverses blessures qui ont touché leurs joueurs depuis le début des playoffs. Ca ne suffira sans doute pas pour permettre à Kevin Durant et DeMarcus Cousins d’être prêt pour le début de la série, mais Iguodala devrait être en selle pour le match 1. Il ne s’est pas entraîné les trois derniers jours, mais reste persuadé de pouvoir être prêt pour le jour J. Quant à la raison de sa blessure, ce n’est pas bien compliqué selon lui.

« C’est juste que j’ai joué beaucoup de minutes et que je suis usé, je suis vieux. Ça a très vite gonflé, mais nous avons un bon staff. Quand vous jouez cinq longues saisons d’affilée, ce genre de choses arrive. C’est rare de voir autant de saisons consécutives de cet acabit, c’est dur à réaliser. Mais ma carrière est presque finie de toute façon donc je m’en fous. » Andre Iguodala.

Que les fans des Warriors ne s’inquiètent pas, il avait expliqué il y a presque un mois qu’il comptait aller au bout de son contrat (il lui reste encore une saison après celle-ci) et le plan est toujours le même.

« Mon état d’esprit n’a pas changé. C’est « Si je veux continuer je continue ». Je peux signer des contrats d’un an. » Andre Iguodala.

Iguodala n’a manqué que 14 matchs de saison régulière et n’a connu aucune blessure grave ou gênante cette année. Il a également évolué à un rythme de sénateur tout au long de la régulière. Même s’il a été efficace (50% aux tirs) il n’a jamais aussi peu marqué (5,7 points) et on commençait à se dire que les années avaient rattrapé Iguodala. Mais c’était avant le début des playoffs, que le joueur de 35 ans a survolés. Il a rappelé à tout le monde son importance et tourne depuis le début de la postseason à 10,1 points, 4,3 rebonds et 3,9 passes décisives par rencontre.

« J’ai le sentiment que j’ai fait une bonne saison. J’ai plus joué et c’était des minutes où je devais être explosif. Je me sentais bien sur le terrain. J’espère pouvoir continuer à évoluer à ce niveau le plus longtemps possible. Ça fait partie du plan, je suis persuadé que je peux le faire n’importe où. » Andre Iguodala.

Un temps franchise player avec les Sixers, Iguodala a accepté de devenir un joker de luxe à l’arrivée de Steve Kerr dans la Baie, et il ne le regrette pas puisqu’il a remporté trois titres et un trophée de MVP des Finals depuis.

« Il y a de la chance là-dedans, mais j’essaie de maximiser tout ça avec mon éthique de travail. J’essaie de prendre des décisions intelligentes et de m’entourer des bonnes personnes, être mature, grandir chaque année… » Andre Iguodala.

Il restera à Iguodala une saison de contrat à 17 millions de dollars à la fin de l’exercice en cours. Le triple champion NBA pourrait très probablement prendre sa retraite à ce moment-là, donc il profite de chaque moment passé sur le terrain. Iguodala tourne en carrière à 12,1 points, 5,1 rebonds et 4,4 passes décisives par match.

Via Mercury News.

Leave a Reply