Lou Williams avait prévu de prendre sa retraite la saison passée : « Il y a 4 ans je pensais que j’étais fini »

Lou Williams avait prévu de prendre sa retraite la saison passée : « Il y a 4 ans je pensais que j’étais fini »

Lou Williams a marqué l’histoire cette nuit en devenant seulement le 3ème joueur de l’histoire à remporter 3 fois le trophée de meilleur 6ème homme de l’année après Jamal Crawford. Un trophée loin d’être anodin pour le Clipper, qui a confié que cette saison, il ne prévoyait pas de la faire.

« Cela signifie beaucoup. Il y a 4 ans je pensais que j’étais fini. Je pensais que j’arrivais au bout de la route. Je suis venu à LA et je me suis retrouvé dans un environnement où je me suis senti revigoré, et j’avais l’impression d’avoir quelque chose à prouver. La saison passée quand j’ai été transféré de Houston aux Clippers, j’ai appelé certains de mes amis et ma famille, et en gros je leur ai dit : ‘c’est ma dernière saison. Je pense que je vais arrêter.’ Donc c’était ma fête d’adieu secrète, seuls mes amis proches et ma famille savaient quel était mon était d’esprit, mais revenir à LA et avoir cette opportunité de remporter le titre de sixième homme, ça m’a donné un coup de boost. J’en avais vraiment besoin. Remporter à nouveau ce trophée cette année, j’en suis extrêmement honoré et j’attends la suite avec impatience. » Lou Will

Ce trophée il l’a clairement visé et il a une saveur particulière pour lui.

« Celui-là est différent parce que j’ai entamé la saison en le voulant. Par le passé je me contentais de jouer et je faisais avec le résultat. Là cette fois je le voulais. J’avais le sentiment que ça allait être un élément de mon héritage. Je voulais égaler Jamal, être au sommet du Mount Rushmore avec lui. Cette année j’étais plus concentré sur le fait de remporter le trophée. » Lou Will

Doc Rivers, qui a aussi coaché Jamal Crawford, a joué un rôle dans ce retour en grâce.

« Il met les joueurs en position de réussir. Je pense qu’il a conscience de l’importance du banc pour qu’une équipe fasse un bon parcours. Il le sait et il tire le meilleur de ses gars. Souvent vous avez des équipes qui ont un super 5 mais Doc est un de ces coachs qui réalise qu’il a aussi besoin de gars qui vont pouvoir entrer en jeu et apporter une puissance de feu. Il est comme le Sixth Man master. C’est quoi ? Le 4 ou 5ème titre (4ème, ndlr) pour un de ses joueurs ? Il sait comment tirer le meilleur de ses joueurs. » Lou Will

 

Leave a Reply