Pascal Siakam : « Je n’ai pas du tout le sentiment d’avoir des limites. J’ai l’impression que ce n’est que le début pour moi »

Pascal Siakam : « Je n’ai pas du tout le sentiment d’avoir des limites. J’ai l’impression que ce n’est que le début pour moi »

Qui aurait pu imaginer avant le début de saison que Pascal Siakam serait le 25 juin 2019 champion NBA mais aussi le Most Improved Player de la saison 2018-19 ? Hier le Camerounais a raflé un nouveau trophée prestigieux, mais aucun doute sur celui qui a le plus de saveur.

« Je suis un joueur d’équipe, c’est certain, et je pense qu’il n’y a rien de mieux que d’être champion NBA. C’est le top du top et je ne peux pas vraiment décrire l’excitation que cela représente d’être champion et à quel point c’est énorme. Donc c’est sans aucun doute la meilleure chose que j’ai pu accomplir cette année. » Siakam

Le Camerounais est clairement une des progressions les plus fulgurantes de ces dernières années en NBA, lui qui ne joue au basket organisé que depuis quelques années et qui n’était pas vraiment destiné à être basketteur. Il est devenu cette saison un prétendant au All-Star Game en tournant à 16.9 points à 54.9% dont 36.9% à 3-pts, 6.9 rebonds, 3.1 passes et 0.9 interception en 31.9 minutes alors que la saison passée il affichait 7.3 points à 50.8% dont 22% à 3-pts, 4.5 rebonds, 2 passes et 0.8 interception en 20.8 minutes. En playoffs il a été capital dans le succès des siens avec 19 points à 47%, 7.1 rebonds et 2.8 passes. Mais où s’arrêtera-t-il ?

« Il n’y a assurément aucun plafond. Je n’ai pas du tout le sentiment d’avoir des limites. J’ai l’impression que ce n’est que le début pour moi et qu’il y a encore bien plus à venir. Je suis excité par le futur et la possibilité de devenir encore meilleur, sachant qu’en plus cela ne fait que 3 ans que je suis en NBA. Je suis dans la ligue depuis seulement 3 saisons, et je peux encore énormément progresser, il y a des choses sur lesquels je peux m’améliorer. Puis je suis comme ça en tant que personne, toujours en train de progresser et de m’améliorer donc je ne pense pas que je vais m’arrêter là. » Siakam

On vous conseille notre interview sur son parcours :

[Grosse Interview] Pascal Siakam : « Je n’avais pas repéré Joel Embiid plus que ça. Il n’était pas exceptionnel. Je ne l’étais pas non plus ! »

Leave a Reply