[Intersaison NBA 2019] Milwaukee Bucks : Continuer à entourer Giannis Antetokounmpo du mieux possible

[Intersaison NBA 2019] Milwaukee Bucks : Continuer à entourer Giannis Antetokounmpo du mieux possible

La free-agency  est toujours le moment fort de l’intersaison NBA et c’est encore plus vrai cette année avec le nombre  impressionnant des stars se retrouvant sur le marché (Kyrie Irving, Kawhi Leonard, Kevin Durant, Jimmy Butler, Klay Thompson et bien d’autres )

Alors que toutes les équipes sont désormais en vacances, Basket-Infos vous propose de faire le point sur la situation salariale des 30 franchises NBA :

Mais pour mieux comprendre ces enjeux il est nécessaire de faire un point sur les concepts clés de l’univers des finances en NBA :

  • Chaque franchise a le loisir de recruter ses joueurs au montant qu’elle le souhaite tant qu’elle ne dépasse pas le plafond maximal autorisé pour sa masse salariale. Ce plafond est le Salary Cap. Pour la saison 2019-2020, il sera de 109,14 millions de dollars. Pour rappel, il était de 101,8 millions cette année. Cette augmentation est la plus forte connue depuis la folle free agency 2016 (augmentation du cap de 24 millions de dollars !) et sera utile pour de nombreuses équipes.
  • Lorsqu’une équipe dépasse le salary cap elle peut malgré tout continuer de recruter des joueurs par le biais d’exceptions.  La Mid-level exception est disponible chaque année. Elle est de 9,25 millions et applicable sur un ou plusieurs joueurs. La seconde exception est la Bi-annual exception qui donne 5,7 millions de dollars supplémentaires pour recruter. Cependant, comme son nom l’indique, elle n’est disponible qu’une année sur deux.  Chaque franchise a aussi  la possibilité de signer autant de joueurs qu’elle le souhaite au contrat minimum. C’est la minimum exception. Enfin, une dernière possibilité de recruter en ayant dépassé le cap est le Sign and Trade. Par cette technique, le joueur libre qui souhaite partir,  resigne dans son équipe actuelle puis se fait immédiatement échanger contre l’équipe où il souhaite partir moyennant une contrepartie qui permet d’équilibrer les salaires. C’est ce qui s’était produit en 2017 lors du départ de Chris Paul aux Rockets.
  • Au-delà du salary cap, un autre plafond existe en NBA. Lorsque ce plafond est atteint la franchise est encore plus restreinte pour effectuer ses recrutements et doit payer une taxe proportionnelle au montant dépassé.  C’est la Luxury Tax.  Le plafond de Luxury Tax est de 132 millions de dollars pour l’année 2019-2020.  Une franchise qui le dépasse ne peut alors plus que recruter à travers des contrats minimums et une mini Mid-level exception de 6 millions. Pour rappel, c’est cette exception qui avait permis aux Warriors de recruter Demarcus Cousins à l’été 2018.
  • Un autre élément essentiel lors de la Free-agency est les Bird Rights. Ces droits permettent à n’importe quelle franchise de resigner ses joueurs en dépassant le salary cap. Mais attention !  Tant qu’elle n’a pas renoncé aux droits de son joueur libre, le salaire du joueur continue d’être pris en compte dans sa masse salariale. C’est ce qu’on appelle les Cap-Hold. Ils permettent d’éviter qu’une équipe signe des Free-agents au prix fort grâce à l’espace salariale permis par le  départ de ses joueurs puis ensuite resignent tous leurs joueurs grâce aux Bird Rights.
  • Enfin, depuis la saison 2017-2018, les franchises NBA peuvent recruter deux joueurs en two-way contracts. Ils ne peuvent passer que 45 jours en NBA. Le reste du temps ils sont assignés à l’équipe de G-League affiliée à leur franchise. Cette année, ils étaient payés 77 250 dollars.

Afin d’être le plus clair possible, chaque équipe verra ses joueurs répartis selon leur situation contractuelle dans 3 catégories :

  • les salaires engagés, c’est-à-dire le total des salaires des joueurs sous contrat pour l’année prochaine, plus le montant du contrat des futurs rookies. Sur le tableau ci-dessous ce sont les joueurs dont le salaire n’est pas surligné pour 2018-19
  • les salaires potentiellement engagés, qui recouvrent tous les contrats qui ne sont pas encore garantis pour l’an prochain. Cela concerne les Player Option (salaire surligné en vert),qui permettent à un joueur de mettre fin à son contrat un avant son terme, les Team Option (salaire surligné en bleu), qui sont l’équivalent pour les franchises, et les contrats non-garantis (salaire écrit en rouge).
  • les joueurs libres(free agents), qui n’ont pas de contrat pour l’an prochain. Ceux-ci peuvent être free agents restrictifs (salaire surligné en rouge), ce qui donne la possibilité à leur franchise de s’aligner sur n’importe quelle offre de contrat qui leur est faite, ou free agents non-restrictifs (Salaire surligné en jaune), c’est-à-dire libres de signer où bon leur semble.

La situation salariale des Bucks :


Via Earlybirdrights

Cela donne donc :

SALAIRES ENGAGES + OPTIONS :  64,1 millions de dollars

ESPACE  MAX SOUS LE CAP :  45 millions de dollars

(PO : Player option; TO : Team option; UFA : Free-agent sans restriction; RFA : Free-agent avec restriction; NG : contrat non-garanti)

Joueurs engagés : Giannis Antetokounmpo, Eric Bledsoe, Jon Leuer, Ersan Ilyasova, DJ Wilson, Donte DiVicenzo

Joueurs potentiellement engagés : Pat Connaughton (NG), Sterling Brown (NG), Rayjon Tucker (NG)

Free agents : Khris Middleton (UFA), Brook Lopez (UFA), Malcolm Brogdon UFA), Pau Gasol (UFA), Tim Frazier (UFA), Pau Gasol (UFA), George Hill (UFA), Nikola Mirotic (UFA)

(Two- way contract : Bonzie Colson)

Les Bucks viennent de terminer une saison extrêmement prometteuse en réalisant le meilleur bilan de la ligue. L’arrivée du nouveau coach Mike Budenholzer, récemment élu coach de l’année, a fait passé un cap à l’équipe, mais aussi à son franchise Player, Giannis Antetokounmpo qui a fini par être élu MVP de la saison régulière. Ils ont finalement été sortis en finale de conférence par les futurs champions, les Raptors. Mais Giannis l’a annoncé, les Bucks veulent revenir l’année prochaine plus déterminés que jamais pour cette fois-ci, atteindre les Finales NBA.

Toutefois, avant cela, il va falloir passer par la Free agency. Comme les Sixers, les Bucks vont avoir fort à faire. En effet, ils ont également trois joueurs majeurs de leur effectif sur le marché avec Khris Middleton, Malcolm Brogdon et Brook Lopez.

Middleton, All Star cette année, et premier lieutenant de Giannis Antetokounmpo, sera le premier dossier de Jon Horst, le General Manager. Les Bucks sont déterminés à le resigner, mais la véritable question est : à quel montant ? Un contrat max pourrait s’avérer, sur le long terme, être trop élevé, et les Bucks devront négocier avec le joueur pour trouver un terrain d’entente un peu plus raisonnable. Toutefois, il recevra probablement de belles offres d’autres équipes, et Milwaukee devra donc faire attention à lui faire une proposition suffisamment élevée pour le convaincre de rester. Le joueur préférerait apparemment, demeurer au sein de la franchise du Wisconsin, il faudra donc juste trouver un terrain d’entente sur le salaire.

Malcolm Brogdon sera lui, free agent avec restriction. Il était encore en contrat rookie cette saison, et son salaire devrait exploser la saison prochaine. Devenu titulaire au poste 2, il est désormais rentré, grâce à ses énormes qualités au shoot, dans le cercle très fermé des joueurs en 50-40-90 (50% de réussite aux tirs, 40% à trois points, 90% aux lancers-francs). Capable de jouer poste 2 et poste 1, il peut s’intégrer dans quasiment n’importe quel système. Il devrait donc intéresser de nombreuses franchises à commencer par Chicago et Phoenix. Les Bucks souhaiteraient grandement le conserver, mais étant donné le nombre de free-agents qu’ils ont, ils ne feront pas non plus de folies en cas de trop grosse offre d’une franchise. D’après ESPN, les Bucks seraient prêts à s’aligner jusqu’à une offre de 20 millions de dollars l’année. Reste désormais à savoir si une franchise sera prête à lui mettre plus sur la table.

Brook Lopez sera également agent libre cet été. Après une saison compliquée chez les Lakers, Mike Budenholzer l’a parfaitement relancé en transformant son jeu. Il est dorénavant un 5 moderne doté d’un shoot à trois points très honnête permettant d’écarter le jeu, et il est en plus, un gros contreur en défense. Ce genre de profil est désormais recherché en NBA et de ce fait, il devrait recevoir pas mal d’offres. Néanmoins, il a récemment déclaré qu’il souhaitait continuer avec Milwaukee qui a su parfaitement l’utiliser. Il pourrait donc trouver un accord avec la franchise voire même faire un petit sacrifice financier par rapport à ce qu’il pourrait prétendre ailleurs, s’il est vraiment déterminé à rester ici. Le Front-Office voudrait en tout cas l’avoir dans son équipe l’année prochaine.

Afin de conserver ces trois joueurs essentiels au dispositif de Mike Budenholzer, les Bucks devront s’acquitter de la taxe de luxe. Un des propriétaires des Bucks, Marc Lasry, s’est exprimé sur cette éventualité. Il a déclaré que si cela permettait à la franchise de conserver tout son noyau dur, cela ne lui poserait pas de problème. De quoi rassurer son management qui pourra donc offrir à ces trois joueurs un contrat proche de ce qu’ils désirent.

Les Bucks ont également d’autres pistes afin d’améliorer leur équipe, pour des sommes moins importantes. Afin de renforcer le secteur intérieur derrière Giannis Antetokounmpo, les Bucks seraient intéressés par Frank Kaminsky et Taj Gibson. Ce dernier est un vétéran solide qui a encore prouvé qu’il pouvait être titulaire cette saison. Toutefois, beaucoup d’équipes souhaiteraient s’attacher ses services. Par conséquent, Milwaukee ne part pas forcément gagnant sur ce dossier. Frank Kaminsky, avec son profil d’intérieur shooteur, pourrait parfaitement coller avec le style de jeu de l’équipe. La franchise pourrait également choisir de conserver certains de ses vétérans. George Hill a récemment été coupé car son contrat de 19 millions de dollars n’était garanti qu’à hauteur de 1 million. Néanmoins, un retour dans le Wisconsin est possible s’il accepte de ne pas être trop gourmand sur son salaire. Pau Gasol, arrivé en fin de saison, n’a quasiment pas joué avec les Bucks en raison de blessures.  Il a récemment déclaré vouloir jouer à Milwaukee la saison prochaine. Même si à 39 ans, il est beaucoup moins impactant qu’auparavant, il apporterait toute son expérience dans le vestiaire. Il pourrait donc resigner pour le salaire minimum. Nikola Mirotic était lui aussi arrivé en cours de saison, mais il ne reviendra pas la saison prochaine. Il devrait selon toute vraisemblance, retourner en Europe et plus précisément à Barcelone où un gros contrat de 80 millions sur 6 ans l’attendrait. Sterling Brown et Pat Connaughton possèdent tous deux, un contrat non-garanti mais étant donné leur faible salaire et le fait qu’ils étaient utiles au sein de la rotation, ils devraient rester. De toute façon, les Bucks ne devraient plus avoir énormément d’argent pour signer des free agents (s’ils resignent leurs trois titulaires) et ils devront donc être malins sur le marché, comme ils avaient su le faire l’année dernière.

Verdict : Le management des Bucks va avoir du boulot cet été. Après avoir effectuée une très belle saison, l’équipe veut continuer sur la même voie et pour cela, conserver le même groupe. Toutefois, plusieurs cadres de la franchises sont free-agents : Khris Middleton, Brook Lopez et Malcolm Brogdon. Les trois semblent ouverts à une resignature à Milwaukee, mais il faudra quand même leur proposer des contrats suffisamment élevés pour qu’ils restent, au risque de payer la Luxury Tax l’année prochaine. Il faudra ensuite, compléter l’effectif avec notamment des vétérans mais cela ne pourra pas se faire à un très gros prix. Dans tous les cas, il paraît essentiel pour le management, de continuer à avoir une équipe compétitive autour de Giannis car il faudra gérer la prolongation du joueur grec dans un an. Mieux vaut alors qu’à ce moment-là, il soit bien entouré.

Leave a Reply