Victor Wembanyama : « Des gens écrivent des choses sur moi parce que je suis très grand et ça leur suffit pour dire que je suis un prospect »

Victor Wembanyama : « Des gens écrivent des choses sur moi parce que je suis très grand et ça leur suffit pour dire que je suis un prospect »

L’équipe de France U16 est arrivée à Udine avec le statut de favorite (avec d’autres nations), et de nombreux prospects à suivre, dont le plus attendu : Victor Wembanyama. Peu connu du grand public, on parle avant tout de lui de par ses mensurations folles pour son âge : A 15 ans, depuis le 4 janvier, il affiche déjà 2m18 et une envergure impressionnante. Il est bien conscient que cette taille attire la curiosité.

« Je ne me concentre pas sur les remarques des gens ou ce que les gens disent sur moi. Je dois me concentrer sur mon jeu et rien d’autre afin de pouvoir progresser. Je pense que des gens, qui ne m’ont jamais vu jouer, se concentrent sur moi et écrivent des choses sur moi parce que je suis très grand et ça leur suffit pour dire que je suis un prospect. » Victor

Quand on lui parle de sa taille ou de ses poussées de croissance, il botte en touche.

« Je ne sais vraiment pas le nombre de centimètres que j’ai pris. Je n’ai pas l’habitude de vérifier ma taille si souvent que ça. » Victor

Continue-t-il de grandir ?

« Je ne sais pas. » Victor

Et ce ne sont pas ses performances depuis le début de la compétition qui vont lui permettre de se défaite de l’attention médiatique. Bon, à l’image des bleus, il a montré son excellente mobilité pour sa taille (accompagnée d’un dribble correct), son altruisme, mais aussi sa capacité à protéger le cercle avec ses bras interminables. Il a contré 16 tirs en 3 matchs (et les statisticiens n’ont clairement pas été généreux) en à peine 20.8 minutes de jeu, soit plus de 9 contres sur 36 minutes ! Son shoot est à travailler, mais la base est là, ce qui fait de lui un des meilleurs prospects de sa génération. Malgré ses poussées de croissance, son dribble et son shoot n’ont pas été affectés.

« J’ai presque la même mécanique de shoot et le même dribble. » Victor

Plutôt footballeur et judoka avant d’être basketteur, dans une famille de sportifs (sa soeur Ève est championne U16 avec les bleuettes en 2017), il a tout de même toujours eu un ballon entre les mains, ce qui a sans doute aidé pour sa technique.

« Je n’ai pas toujours joué au basket en club, mais j’ai toujours eu un ballon à la maison. Je savais dribbler et shooter depuis mon plus jeune âge. » Victor

Il pourrait bien ramener un second titre U16 à la maison, même si la concurrence est rude, plus qu’il ne le pensait en arrivant en Italie.

« J’ai découvert le niveau en compétition internationale FIBA et je ne pensais pas que les joueurs pouvaient avoir ce niveau à cet âge, et j’apprends tous les jours, notamment sur moi dans ce tournoi. » Victor

L’objectif pour cette génération c’est bien sûr le titre, mais aussi d’accrocher une des 5 premières places pour disputer la coupe du monde U17 l’été prochain en Bulgarie, où Victor sera sans doute un des prospects les plus scoutés si les bleus sont qualifiés.

« Ce serait encore plus fou que ne l’est déjà le Championnat d’Europe. » Victor

Via FIBA

Leave a Reply