Atteint d’une forme rare de sclérose en plaques, David Blatt s’exprime pour la première fois sur sa maladie

Atteint d’une forme rare de sclérose en plaques, David Blatt s’exprime pour la première fois sur sa maladie

La saison dernière et avec l’aide du corps médical de l’Olympiacos dont il est le coach depuis 2018, David Blatt a découvert qu’il était atteint d’une SEP-PP : sclérose en plaques primaire progressive. Pour la première fois depuis que ce terrible diagnostic a été posé, l’ancien coach des Cavs s’est exprimé publiquement sur sa maladie via une lettre ouverte publiée par l’équipe grecque.

« Il y a quelques mois on m’a diagnostiqué une SEP-PP. C’est une maladie qui revêt de nombreuses formes et qui se manifeste de différentes manières selon les personnes. Il s’agit d’une maladie auto-immune qui altère de nombreuses façons votre qualité de vie et votre aptitude à faire les choses les plus basiques, les choses qu’on a toujours considérées comme étant normales.

Une fois le choc initial surmonté et la douleur de réaliser combien cela pourrait changer ma vie à partir d’aujourd’hui, j’ai décidé que je ne céderai pas. Que j’allais simplement m’adapter, m’ajuster et trouver des moyens de continuer à vivre ma vie de la façon la plus normale possible. La première chose que j’ai faite a été d’adapter ma méthodologie de coaching, celle que j’utilise pour surmonter les difficultés, cela passe en 3 étapes : 1)quel est le problème ? 2)pourquoi est-ce arrivé ? 3)comment y remédier ?

Le problème c’est que la SEP-PP, dans mon cas et à mon âge (60 ans, ndlr) se manifeste principalement par la faiblesse des jambes. La fatigue, l’équilibre et la force sont de vrais problèmes pour moi. J’ai suivi un programme spécifique d’exercices de renforcement et d’équilibre ainsi que de natation et d’entraînement aquatique afin d’améliorer ma condition physique générale et d’aider à la souplesse musculaire et au mouvement. J’essaie d’être plus actif que l’inverse même si ce sont des mouvements simples. Je me mets au défi de réussir à faire des choses faciles pour la plupart des gens mais qui sont désormais très éprouvantes pour moi. Je travaille. J’en demande plus de moi-même.

Pourquoi c’est arrivé ? La raison pour laquelle quelqu’un souffre de cette malade n’est pas connu. Sans cause ou explication spécifique, on doit accepter et s’employer à tirer le meilleur parti possible de toutes les ressources disponibles pour améliorer son sort. Aujourd’hui et demain. Il est facile de tomber dans la dépression et la léthargie physique. Le combat est réel et constant, sans fin, puisqu’il n’existe pas de remède, bien que ce ne soit pas mortel. Chacun doit avoir le courage et la détermination de ne pas abandonner, d’avancer et de vivre de la meilleure façon possible.

Comment y remédier. En allant au travail. En établissant un plan. On travaille dur tous les jours. On garde la tête haute, on s’adapte, on modifie, on cherche des manières d’améliorer les choses. On trouve des gens avec qui partager et qui peuvent nous aider. J’ai la chance d’avoir reçu l’aide de tellement de gens adorables, qui voient sur je suis la même personne. Et ils ne me laissent pas oublier ça, même quand j’ai un coup de mou ou que je me sens découragé. L’apitoiement ne fait rien d’autre que favoriser et encourager un glissement vers le bas dont il est plus difficile de se relever.

Je suis coach et mon boulot est de montrer l’exemple, d’apprendre et d’inspirer beaucoup de gens. Ne pas être aussi agile ou actif ne m’empêche pas de faire ces choses. J’ai de la chance. J’ai de super médecins, kinés et un super management qui accepte mes handicaps et qui m’aide à les surmonter. Comment pourrais-je me plaindre ? Je ne peux pas, et je ne le ferai pas. C’est de l’énergie perdue. Si je demande à mes joueurs de donner le meilleur d’eux-mêmes, je dois faire de même avec moi. » David Blatt

👏💯

via Eurohoops

Leave a Reply