Taj Gibson : « Pouvoir dire que j’étais enfin un New York Knick, c’était fou »

Taj Gibson : « Pouvoir dire que j’étais enfin un New York Knick, c’était fou »

Sa signature n’a pas fait rêver les fans des Kniks début juillet (contrat de 20 millions de dollars sur 2 ans) mais Taj Gibson le natif de Brooklyn est aux anges. Il a enfin réalisé son rêve de jouer pour l’équipe de son enfance. Celle qu’il a regardé joué tout en haut du Madison Square Garden gamin avec son père. Son père qui a subi une transplantation cardiaque 2 semaines avant le 1er juillet et qui il l’espère pourra assister à l’un de ses matchs la saison prochaine.

« Je suis extrêmement excité. C’est une super opportunité de retourner à la maison et de jouer devant ma famille, surtout mon père.

Une fois que j’ai signé à New York, l’un des premiers coups de fil que j’ai reçu était de Thibs (Tom Thibodeau). On ne parlait que de ça, New York. C’était un sentiment fou de pouvoir dire que j’étais enfin un New York Knick. On a rigolé une minute et puis il est redevenu sérieux. Il m’a dit : ‘S’il y a bien quelqu’un capable de jouer à New York c’est toi’. Il me connaît et il sait que je jouerai dur tous les soirs. » Taj Gibson

Les Knicks espèrent aussi que le vétéran qui tournait à 10.8 points et 6.5 rebonds par match la saison dernière (et qui avait signé un match à 25 points à 11/15 dans une victoire des Wolves sur les Knicks en mars) puisse avoir une influence positive sur Mitchell Robinson en défense. Gibson a indiqué que de nombreux joueurs de l’équipe s’étaient entraînés ensemble à Los Angeles il y a 3 semaines, puis à nouveau – avec un groupe plus réduit – la semaine dernière à Miami.

« C’est ce que je prévois de faire. Je vais essayer de le rendre meilleur et de le défier à l’entraînement. C’était dur d’obtenir un shoot face à lui l’année dernière. C’est un contreur de dingue. Mon job c’est d’être un vétéran, de défier les gars tous les jours à l’entraînement, de les rendre meilleurs, d’aider à faire changer la culture et à instaurer une mentalité de la gagne. » Taj Gibson

Après 6 saisons sans playoffs avec en apothéose une saison à 17 victoires en 2018-19, les Knicks auront pour mission d’au moins regagner le cœur des fans la saison prochaine.

« Je veux apporter cette attitude de la gagne, où tu ne prends pas une action de repos. J’ai été dans de bonnes équipes toute ma carrière. J’ai fait les playoffs tout au long de ma carrière. Je ne connais presque que la victoire.

[…] On a plein de gars qui ont faim et qui veulent jouer. Ça se voit dans nos conversations groupées par sms, et dans nos workouts ensemble. Les gars sont concentrés. Ils veulent donner tort aux gens. » Taj Gibson

Parmi les recrues estivales à Big Apple on retrouve aussi : R.J. Barrett (draft), Julius Randle, Marcus Morris, Bobby Portis, Wayne Ellington et Elfrid Payton.

via New York Post

Leave a Reply