Un ticket pour l’Amérique : Samanic, un Luka qui a tout à prouver

Un ticket pour l’Amérique : Samanic, un Luka qui a tout à prouver

Décidément, Luka est un prénom qui porte chance chez les basketteurs. Après Luka Doncic à Dallas en 3ème position en 2019, c’est Luka Samanic qui a été drafté par les Spurs de San Antonio en 19ème position le 20 juin dernier. Né le 9 janvier 2000 à Zagreb en Croatie, le jeune Luka voyage beaucoup durant les premières années de sa vie. Effectivement son père Marko Samanic était lui aussi un joueur professionnel qui a joué en Euroleague avec le KK Krka (Slovénie). Il a donc découvert d’autres horizons comme la Belgique, l’Allemagne et donc la Slovénie. Il ne commence le basket-ball qu’à l’âge de 11 ans après avoir essayé plusieurs autres sports. Le MVP de la division B du Championnat d’Europe U18 2017 n’est professionnel que depuis 2018. En effet, il a végété dans les catégories de jeunes pendant un certain temps et notamment au Barça de 2016 à 2018. C’est lors de la saison 2017-2018 qu’il explose. En championnat, avec l’équipe B, il joue 22 matchs pour une moyenne de 12,3 minutes par match, 5,1 points, 2 rebonds, 0,7 passe, 0,3 interception et 0,2 contre.

Mais c’est bien avec les U18 lors du Adiddas Next Generation Tournament (organisé par l’Euroleague pour les jeunes des meilleures équipes d’Europe) de l’Hospitalet qu’il brille. En 4 matchs, il est sur des moyennes statistiques impressionnantes : 27 minutes, 23,3 points à 44,1% au shoot, 23,5% à 3 points, et 85,3% aux lancers-francs, 14,8 rebonds, 3 passes décisives, 0,75 interception. La saison suivante, Luka Samanic s’envole vers la Slovénie et le KK Petrol Olimpjia (Ljubljana) pour sa première saison professionnelle. Il y joue conjointement trois compétitions : le championnat slovène, la Ligue Adriatique et la Basketball Champions League. En Ligue Adriatique, il compile 14,7 minutes, 6 points, 3,6 rebonds, 0,7 passe décisive en 21 matchs. En Champions League c’est un peu mieux puisqu’en 12 matchs, il joue 19,4 minutes de moyenne pour 8,2 points à 44,3% au tir, 36,8% à 3 points, 72,4% aux lancers-francs, 5 rebonds, 0,9 passe décisive, 0,3 interception et 0,3 contre. C’est donc seulement après une seule saison professionnelle qu’il est drafté en 19ème position par les Spurs de San Antonio.

Luka Samanic est un joueur qui offre pour l’instant très peu de garanties et certains le voient comme un grand poste 3 d’autres comme un poste 4 puisqu’il mesure 2m11.

Pour sa taille, le joueur croate est très mobile offensivement, il a un premier pas très rapide et fait souvent la différence grâce à celui-ci. Il combine ça avec un handle plus que correct et une bonne qualité de passe même si ses statistiques ne le reflètent pas. Cette qualité de passe met en exergue sa vision du jeu et son QI basket qui est supérieur à la plupart des joueurs de son âge et ses coupes sans ballon le confirment. Luka est donc indéniablement un bon joueur de transition (malgré des grandes difficultés pour finir près du cercle dans le trafic à cause de son manque de masse musculaire et de qualités athlétiques). Il possède également un shoot correct longue distance même s’il doit améliorer son geste et sa vitesse d’exécution. Il sait aussi se créer de l’espace pour prendre des tirs, mais cela semble juste pour la NBA. Au poste bas son manque de carrure lui pose des problèmes malgré un très très bon footwork.

La défense est son plus gros domaine d’amélioration tant il ne semble pas prêt pour la NBA. Son physique maigrichon ne lui permet pas de défendre au poste bas ni sur un porteur de balle. De plus même s’il prend des rebonds, ce n’est pas sa qualité principale et on attend de lui qu’il en prenne bien plus pour sa taille. Cependant, il est très bon sur sa défense en aide grâce à son QI basket, ce qui lui permet de réaliser quelques interceptions ou tout du moins gêner le jeu collectif adverse. Le jeune joueur de 19 ans est aussi connu pour être très instable mentalement, il a du mal à contrôler ses émotions, a des sautes de concentration et un fighting spirit très fluctuant.

Luka Samanic est un joueur avec lequel tout reste à faire. Il possède un potentiel important grâce à sa mobilité pour sa taille. Il est cependant un peu soft et n’est clairement pas NBA ready physiquement et mentalement. Ce qui est sûr c’est qu’il sera au Texas la saison prochaine. Cependant pas sûr qu’il ait vraiment de temps de jeu et beaucoup le voient en G-League comme le compte Spurs Nation France :

« Il passera l’année en G-League, mais il peut devenir un leader de banc (ou titu) grâce à sa capacité à se créer son shoot. » Spurs Nation France

Pour cela il faudra vraiment qu’il fasse de gros efforts sur son physique et son mental :

« Luka est un joueur très intelligent qui a besoin d’apprendre à contrôler ses émotions, s’il s’adapte correctement ça deviendra un bon joueur. Il va aussi devoir prendre du poids, sinon il va se faire bousculer des deux côtés du terrain. » Spurs Nation France

On fait confiance à Gregg Popovich pour le côté mental. L’effectif actuel des Spurs est tellement large qu’on voit mal comment ils pourraient lui faire une place derrière DeMarre Caroll, Rudy Gay, Demar DeRozan et Keldon Johnson au poste 3 ou même Trey Lyles et Rudy Gay sur le poste 4. De son côté, l’ancien joueur du Petrol Olimpjia, a exprimé chez News4SA son enthousiasme quant au fait que San Antonio possède une tradition avec les joueurs européens :

« J’étais préparé à tout, et je voulais secrètement que ce soit San Antonio parce qu’ils ont un passif avec l’Europe. Quand j’ai entendu que j’étais pris en 19ème position, j’étais vraiment ravi. » Luka Samanic.

Offensivement, il pourrait apporter sur quelques situations de transition/contre-attaque, point faible des hommes de Popovich la saison passée puisqu’ils étaient derniers en la matière avec seulement 9,3% de leurs points qui étaient marqués sur contre-attaque. Sur ces phases de transition, il peut sprinter d’un bout à l’autre du terrain plus rapidement que la plupart des postes 4 et certains postes 3. Il peut aussi lancer des contre-attaques après un rebond avec sa qualité de passe malgré sa carrure qui semble légère pour dominer au rebond en NBA. Néanmoins, ce n’est pas le jeu des Spurs et une de ses principales qualités pourrait ne pas être ce que recherche en priorité coach Pop. Le Croate pourra également rentrer dans la rotation si son shoot à 3 points devient plus consistant. Les Spurs étaient 26ème sur cette statistique avec seulement 9,9 tirs à 3 points primés par match. C’est également l’équipe qui tentait le moins de shoots longue distance avec seulement 25,3 shoot à 3 points tentés par match. Sa qualité de passe et son QI basket pourraient très bien taper dans l’œil de Popovich et le pousser à lui donner quelques minutes de temps de jeu. Il participerait ainsi au jeu collectif des Spurs.

Défensivement, il n’apportera pas forcément grand-chose et il ne pourra pas compter dessus pour espérer intégrer le rostre malgré une défense en aide correcte qu’il pourrait encore améliorer. S’il joue poste 4, il sera sûrement pas assez solide physiquement pour défendre efficacement et risque de se faire manger. Sur le poste 3, il ne semble également pas du tout au point pour la vitesse des postes 3 en NBA. Dans les deux cas sa défense nécessite d’énormes améliorations s’il veut s’imposer en NBA dans un avenir proche.

Au final, on peut penser comme Spurs Nation France que Luka Samanic n’apportera pas grand-chose aux Spurs car il ne jouera pas :

« Cette saison il devrait la passer en G-League, donc il n’apportera pas grand-chose. » Spurs Nation France

C’est vrai qu’il n’est pas NBA ready et qu’il ne semble pour l’instant pas fait pour la NBA. Cependant, son potentiel semble important et il n’est pas du tout dénué de qualités. De plus, il semble être bien tombé, on sait que Gregg Popovich aime prendre du temps pour développer ses jeunes joueurs pour au final en tirer le meilleur. On peut penser par exemple à Bryn Forbes, Dejounte Murray ou encore Derrick White récemment. Son mental sera également façonné par la personnalité unique de l’actuel coach de Team USA. Alors oui cette saison, il ne jouera certainement pas beaucoup, mais il faut lui laisser du temps comme le dit Becky Hammon :

« Nous allons être sur son dos. Il y a des fois où il nous impressionne mais aussi des fois où il faut se rappeler qu’il n’a que 19 ans. » Hammon via SA Express News

Il jouera donc probablement en G-League la plupart de la saison, mais on peut espérer qu’il joue quelques minutes en fin de saison si les Spurs sont déjà largement qualifiés pour les playoffs et s’il progresse rapidement en G-League. Dans ce cas, il sera surtout attendu sur le jeu de transition et sur son shoot. Les coachs texans pourraient très bien être tentés d’en faire un grand poste 3 très mobile s’il améliore plusieurs aspects de sa palette offensive. Par contre, s’il veut jouer poste 3, il va falloir qu’il fasse d’énormes efforts défensivement pour se mettre à niveau. Sa marge de progression est très importante. Rappelons qu’il n’a réalisé qu’une seule saison professionnelle pour l’instant. S’il se développe bien mentalement et physiquement, il pourrait bien devenir, dans quelques années, un maillon important du banc, voire du 5 majeur des San Antonio Spurs de Gregg Popovich.

 

Leave a Reply