Team USA évite le tremblement de terre; Gregg Popovich : « On n’y est pas encore »

Team USA évite le tremblement de terre; Gregg Popovich : « On n’y est pas encore »

Les États-Unis sont qualifiés pour le second tour de la Coupe du monde, mais qu’est-ce que cela a été dur ! Vainqueurs 93-92 de la Turquie après prolongation, ils sont passés à un cheveu de la défaite en poule à Shanghai mardi.

« C’était un sacré match. Comme nous le savons tous, ça aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre. On accepte la victoire, mais c’est vrai. L’équipe que nous avons joué ce soir montre encore une fois son expérience et met en avant les progrès que nous devons faire dans l’exécution. On n’y est pas encore. On est toujours en train de progresser là-dessus. Mais c’est un nouveau bon exemple de comment on peut jouer quand tout le monde sait ce qu’il est censé faire sur le terrain. Donc pour ça je les applaudis de ce que j’ai vu. On apprend quelque chose à chaque match, comme depuis le début de la préparation. C’est une équipe toute neuve, les gars n’ont jamais joué ensemble avant. On doit encore utiliser chaque match un peu comme un entraînement pour essayer de progresser. » Gregg Popovich

« Leur taille nous a posé un peu problème à certains moments oui. Ils ont très bien fait circuler le ballon, ont déroulé leur jeu pendant 24 secondes, réussi de grosses actions. On a fait beaucoup de fautes aussi. Mais oui, je ne pourrais pas être plus fier de mon équipe. » Kemba Walker

Menée de 2 points à 12 secondes de la fin ils ont été sauvés par deux lancers francs de Jayson Tatum. Puis malmenés en prolongation ils se sont retrouvés menés d’un point avec 9 secondes à jouer, deux lancers pour la Turquie et la possession suite à une faute antisportive. Les Turcs ont raté les 4 lancers et Khris Middleton a provoqué une faute et n’a pas tremblé sur la ligne.

« Ça ne va pas être facile. On le sait. Ça ne va pas être facile. Il y a de super équipes dans ce tournoi. La Turquie est l’une d’elles. On s’attendait à ce qu’ils jouent à leur meilleur niveau et c’est ce qu’ils ont fait. Découragé ? Non, je suis loin d’être découragé. On a gagné. Peu importe la forme. Gros respect à la Turquie. Ces gars ont super bien joué, ça a été une bataille tout le match. En sortir avec la victoire comme ça, c’était incroyable. Je ne suis pas découragé du tout. » Kemba Walker

« Découragé non je ne dirais pas ça. Il y a clairement beaucoup de domaines sur lesquels progresser. On est soulagés d’avoir gagné. Une victoire est une victoire dans ce tournoi. » Joe Harris

Après le match, les leaders Kemba Walker et Donovan Mitchell ont souligné l’importance de la solidarité du groupe pour se sortir de cette situation bien mal embarquée.

« Le temps qu’on a passé ensemble, ça s’est vu. On n’a lâché sur aucune possession. On est restés ensemble et on en est ressortis avec une énorme victoire. C’était incroyable de faire partie de ce match. » Kemba Walker

« Ça montre la volonté de cette équipe. Tu ne peux pas gagner un match comme ça sans que le gars soient autant connectés et proches comme nous. On a fait du super boulot là-dessus. On est ensemble que depuis un mois environ, je suis fier de tout le monde dans l’équipe. Je sais que ce n’est qu’un match et qu’il reste beaucoup de chemin à faire. C’est le genre de match qui construit vraiment ton caractère. Les gars étaient concentrés. Jayson, Kemba et Khris, ce sont eux qui ont fait la différence à la fin. Joe Harris a mis un gros 3-points, il a pris un gros rebond. Myles (Turner) aussi, tout le monde. Les gars qui jouent moins étaient contents pour les autres. Ça s’appelle le sacrifice, et ça en dit long sur notre équipe. » Donovan Mitchell

Sur ce match, l’équipe a été limitée à 35.1% aux tirs (27/77). Harrison Barnes et Harris sont comme leur coach d’accord sur le fait que la priorité pour l’équipe sera de s’améliorer dans son exécution offensive.

« On doit continuer à bien faire tourner le ballon. Très souvent on a stagné, fait le tour du périmètre sur nos passes pour juste shooter à 3-points. Il faut qu’il y ait plus de mouvements vers le panier, ça va créer des opportunités. » Harrison Barnes

« Notre exécution sur demi-terrain n’était pas terrible. On n’utilisait pas les choses qu’il faut face à une zone. On les a laissés nous sortir de notre rythme un peu, au lieu d’exécuter dur qu’on soit face à une zone ou une homme à homme. » Joe Harris

Prochaine rencontre face au Japon, le dernier des phases de groupe pour Team USA, jeudi 5 septembre à 14h30 heure française.

Leave a Reply