Evan Fournier : « Ce sont nos couilles qui ont parlé »

Evan Fournier : « Ce sont nos couilles qui ont parlé »

Auteur d’une belle première mi-temps et d’une excellente entame de seconde, l’équipe de France s’est retrouvée en tête de 10 points face à Team USA. Mais comme on pouvait s’y attendre, les Américains ont appuyé sur l’accélérateur et sont revenus dans le match à coup de shoots à 3-pts et de jeu en transition pour prendre jusqu’à 7 points d’avance.

Assistez à 2 matchs NBA à New York à partir de 999€

« Quand ils sont repassés devant c’était très dur parce qu’on était court physiquement. On sait que lors du match de l’Australie nous n’étions pas nous-mêmes. Ce soir on a vraiment défendu, on s’est battus comme des chiens et c’est pour ça qu’on a gagné. » Evan Fournier

Mais alors qu’on pensait que les bleus allaient s’écrouler, ils ont terminé le match de la meilleure des manières avec un cinglant 15-4 qui a fait passé le score de 74-67 à 76-82.

Nous avons eu des soucis avec leur défense en switch, mais nous sommes revenus dans le match et nous avons été des chiens qui n’ont rien lâché. C’est trop facile de dire que ce n’était que mental, il y a eu notre intelligence de jeu, mais ce sont nos couilles qui ont parlé. On a gagné le quart, mais si on perd le prochain on rentre à Paris comme des connards. » Evan Fournier

Tactiquement ils ont remporté la bataille face à Team USA, qui au contraire de l’Australie n’a pas sanctionné de loin avec leurs pivots. Si par moment le small ball a mis les bleus en difficulté, ils ont su s’adapter.

« Pour commencer, nous sommes très heureux puisque malgré tout ce qu’on pouvait entendre sur le fait que les meilleurs joueurs de Team USA n’étaient pas là, c’était quand même Team USA. Ils avaient un effectif de qualité, mais je pense que nous avons peut-être utilisé l’avantage que nous avions au niveau de l’expérience. Ils en manquaient, et à la fin du match, on l’a vu. Ils ont des stars, mais nous avons joué plusieurs compétitions de ce type. Chez eux, à part Plumlee, je ne suis pas sûr qu’un autre joueur ait disputé ce genre de compétitions ne serait-ce qu’une fois. Comme je l’ai déjà dit, nous sommes très sérieux et avons beaucoup de discipline, suffisamment pour rester dans notre plan de jeu, à part pendant quelques minutes à la fin du troisième et au début du quatrième. On leur a laissé des rebonds offensifs qui auraient pu nous faire très mal, mais nous sommes restés unis, gardé le contrôle et terminé le boulot. On se concentre sur le prochain match, qui sera très compliqué. » Vincent Collet.

« On savait qu’ils allaient essayer de jouer petit, de me sortir de la peinture, mais on a bien défendu en équipe, nous avons communiqué. Ils nous ont faits mal dans le troisième quart, mais on s’est reconcentré, on les a punis à l’intérieur et on a réussi des stops. Nous les avons mis au défi de prendre des tirs où ils étaient moins à l’aise en barrant l’accès au cercle et en ne laissant pas de trois points ouverts. » Rudy Gobert

Via FIBA et L’Equipe

Leave a Reply