Draymond Green : « Personne ne voudra nous jouer en playoffs, c’est sûr »

Draymond Green : « Personne ne voudra nous jouer en playoffs, c’est sûr »

C’est sans Kevin Durant, Andre Iguodala et Shaun Livingston que les Warriors fouleront pour la première fois le parquet du Chase Center le 24 octobre prochain contre les Clippers. Une nouvelle ère attend l’équipe abonnées aux Finales NBA depuis 2015, que beaucoup enterrent déjà alors que l’effectif compte encore 4 All-Stars (en comptant Klay Thompson) pour 2019-20.

« On a encore une excellente équipe, avec Steph Curry bien sûr qui mène la charge, on a fait venir D’Angelo Russell et on a beaucoup de jeunes talents qui arrivent, Willie Cauley-Stein. Je vais essayer de jouer au meilleur de mes capacités cette année et Klay devrait revenir aux alentours de février. Personne ne voudra nous jouer en playoffs, c’est sûr. » Draymond Green

Golden State n’est plus le grand favori pour le titre mais le débat sur l’équité se poursuit, les stars continuant de s’associer dans une poignée d’équipes pour tenter d’aller chercher la bague tant convoitée et obtenue par les Raptors de Kawhi Leonard la saison passée. Un Leonard désormais chez les Clippers, avec Paul George, où les deux auront pour voisins LeBron James et Anthony Davis. Houston a de son côté dit au revoir à Chris Paul mais récupéré un ancien MVP en échange : Russell Westbrook, pour épauler James Harden. Kyrie Irving et Kevin Durant ont eux décidé de se retrouver à Brooklyn.

« C’est un peu comme ça dans tous les sports. La NBA, la NFL, n’importe quel autre sport, généralement il y a peut-être 3, 4 équipes qui sont vraiment en compétition pour le titre. C’est simplement la nature du jeu. Nous avons fait un super run, un run qui n’est pas terminé selon moi. Mais il y a aussi d’autres équipes qui essaient d’assembler quelque chose.

Par contre je pense que la NBA ne s’est probablement jamais aussi bien portée qu’aujourd’hui. Adam Silver fait un super boulot de promotion pour rendre notre basket global. De notre côté on ne se plaint pas. Si certains ont le sentiment que des équipes ne sont pas assez fortes ou ne peuvent pas rivaliser, c’est de leur faute. Nous avons tous le même salary cap. Nous obéissons aux mêmes règles. Chacun décide de ce qu’il fait avec ces règles. » Draymond Green

via Value Walk

Voyage : Deux affiches de rêve à Boston !

Leave a Reply