Confiant sur son association avec Russell Westbrook, James Harden se méfie des Warriors

Confiant sur son association avec Russell Westbrook, James Harden se méfie des Warriors

L’expérience Chris Paul aux Rockets s’est finalement terminée, puisque le meneur a été échangé contre Russell Westbrook. Et encore une fois, des doutes sont nés sur la complémentarité de l’équipe d’Houston avec l’arrivée de Brodie. Des doutes compréhensibles quand on sait que James Harden, alpha dog à Houston depuis son départ d’OKC et Westbrook affichent les plus gros taux d’utilisation de la NBA. Sauf que pour Harden, ce problème n’en est pas un.

« C’est facile, on trouvera comment faire fonctionner cette association. Nous sommes tous les deux très intelligents et talentueux, et nous voulons gagner. Nous sommes prêts à nous sacrifier et à faire tout ce qu’il faut. En plus, il n’y a pas que Russ et moi dans l’équipe. Clint Capela s’est amélioré, pareil pour P.J. Tucker, Eric Gordon. Nous avons un jeune : Danuel House et nous avons ajouté Tyson Chandler. Il y a toujours Austin Rivers… Beaucoup de gars peuvent contribuer et nous aider à aller où on veut aller. Il ne s’agit pas que de Russ et moi, il y a un groupe de gars qui sont sur la même longueur d’onde. » James Harden.

Un discours que l’on entendait déjà à l’époque avec Chris Paul sauf que, selon de nombreux insiders, la relation entre les deux hommes s’est dégradée au fil de jours, entraînant le transfert du meneur cet été. Pour calmer les inquiétudes des fans, Harden a donc posté des photos de lui avec Westbrook, mais aussi les autres Rockets sur les réseaux sociaux. Photos où les hommes de Mike D’Antoni affichent toujours une belle complicité.

« J’ai toujours aimé traîner avec mes coéquipiers. J’aime la complicité que l’on a. Ce n’est pas juste du basket. C’est notre boulot et ce qu’on aime faire, mais j’apprécie vraiment la compagnie de P.J. Tucker et Clint Capela. Nous sommes allés en Europe ensemble et nous avons bossé à Houston ensemble. Je suis allé aux Bahamas pour travailler avec Eric Gordon et Austin Rivers… J’ai passé du temps avec la plupart des mes coéquipiers cet été, je ne poste pas tout sur les réseaux sociaux. » James Harden.

Un comportement qui tranche avec ses déclarations sur Twitter et compagnie, qu’il évite apparemment le plus possible.

« J’essaie de rester en dehors du cirque médiatique autour de la NBA, de vivre de la manière la plus normale possible, de rester à l’écart de la politique, des réseaux sociaux, de tout ça… Je voyage, je reste motivé, concentré sur ma famille et mes amis et je me dégage un peu de temps pour me vider l’esprit chaque jour. Kevin Durant a raison, c’est possible de se faire un peu submerger à certains moments spécialement quand on s’implique 24h sur 24. J’essaie de m’en éloigner le plus possible, de sourire et de faire des choses qui me rendent heureux. Quand vous faites ça, personne ne peut vous sortir de votre quiétude. » James Harden.

À voir maintenant si ces Rockets nouvelle version atteindront le titre, objectif resté hors de portée jusque-là. En tout cas, avec le départ de Kevin Durant et la blessure de Klay Thompson leurs meilleurs ennemis, les Golden State Warriors, ne paraissent plus aussi imbattables. Mais Harden se méfie encore d’eux.

« Personnellement, je m’en fous de mon adversaire. Évidemment, on sait tous quelle équipe était très très forte lors des dernières années, et ils seront bons cette fois encore. On ne peut pas les sous-estimer. Je suis excité par cette nouvelle saison, il y a une autre opportunité de ramener un titre. » James Harden.

Via Vanity Fair.

Voyage : Deux affiches NBA de rêve à Boston !

Leave a Reply