Donovan Mitchell : « Bien sûr que je le referais ! »

Donovan Mitchell : « Bien sûr que je le referais ! »

Donovan Mitchell avait expliqué avant la compétition être venu pour apprendre avant tout. Et même s’il doit évidemment être déçu de ne terminer qu’à la septième place, il estime ne pas être reparti les mains vides, grâce notamment à Gregg Popovoich et Harrison Barnes.

« En arrivant, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je suis arrivé en essayant de faire ce que je savais faire, et de m’améliorer dans certains domaines. Je savais que Gregg Popovich a eu Quin Snyder, mon coach à Utah, dans son staff et je savais donc comment ça allait se passer en défense. Je voulais vraiment travailler là-dessus, et je pense que je me suis amélioré de ce côté du terrain. J’ai aussi essayé de travailler le plus possible sur le fait de devenir un leader. Évidemment, comme Pop l’a dit, construire des relations avec d’autres gars en NBA a aussi été important. J’ai pu apprendre de leur façon d’approcher le jeu, les gros matchs… Un gars qui m’a vraiment marqué est Harrison Barnes, dans la manière qu’il a de voir la vie, pas juste le basket. Il a un état d’esprit très positif et une chose qui m’a impressionné c’est que même après que nous avons perdu, il était le premier à se faire soigner et à prendre soin de son corps. C’est quelque chose dont je peux m’inspirer, pas seulement sur le terrain, mais aussi pour avoir une longue carrière. Et c’est quelque chose que je veux faire, rester dans cette ligue le plus longtemps possible. » Donovan Mitchell.

Mitchell estime avoir progressé donc, et, malgré la défaite et les mots de CJ McCollum, qui expliquaient que de nombreux joueurs ne sont pas venus par crainte de perdre justement, l’arrière du Jazz ne regrette pas du tout d’avoir sacrifié son été.

« Bien sûr que je le referais. J’adore ce groupe. Déjà, j’adore le basket donc si vous m’aviez dit il y a trois ans que je serais en NBA et que j’aurais l’occasion de jouer pour Pop, Steve Kerr et compagnie, et avec les gars qui sont avec moi dans le vestiaire, contre les meilleurs joueurs du monde, je ne l’aurais pas cru. Pour moi, c’est une expérience incroyable. Tout le monde aime regarder le résultat, mais quand je m’assois et que je réfléchis deux secondes, je réalise que j’ai joué pour Team USA. C’est incroyable pour moi et rien que ça rend cette expérience géniale. Donc oui, ça valait le coup. » Donovan Mitchell.

Il est partant pour Tokyo :

« Je pense qu’il va falloir que j’attendre qu’ils me demandent mais je veux y être. » Mitchell

Via USAB.

Voyage : Deux affiches NBA de rêve à Boston !

Leave a Reply